Accès à l’avortement : l’Ile-de-France en campagne

"Sexualité, contraception, avortements. Un droit, mon choix, notre liberté." C'est le titre de la campagne d'information lancée à partir du 18 janvier en Ile-de-France. Elle rappelle le numéro de téléphone dédié à l'information des femmes, notamment sur l'avortement. En France, entre 3.000 et 5.000 femmes sont encore obligées chaque année de se rendre à l'étranger pour avorter.

Plus de trente ans après sa légalisation, l'accès à l'avortement reste difficile en France. C'est le message de la campagne d'information qui a lieu du 18 au 27 janvier. Intitulée "Sexualité, contraception, avortements. Un droit, mon choix, notre liberté", elle est lancée par le Mouvement français pour le planning familial (MFPF), en partenariat avec le Conseil régional d'Ile-de-France, la Coordination des associations pour le droit à l'avortement et à la contraception (Cadac) et l'Association nationale des centres d'interruption de grossesse et de contraception (ANCIC). Les affiches seront placardées dans les gares franciliennes et dans les couloirs du métro parisien. Sur les 220.000 avortements réalisés chaque année en France, un quart a lieu en Ile-de-France.

En région parisienne, le nombre d'établissements qui pratiquent des interruptions volontaires de grossesse (IVG) est passé de 176 à 126 en neuf ans. Dans 28% des cas, le délai de rendez-vous est supérieur à deux semaines, alors que la Haute Autorité de santé (HAS) recommande une prise en charge dans les cinq jours. Chaque année, entre 3.000 et 5.000 femmes doivent encore se rendre à l'étranger pour y subir une interruption volontaire de grossesse (IVG), selon l'estimation du Mouvement français pour le planning familial.

Le numéro de la plate-forme téléphonique du Planning, le 01 47 00 18 66, est mis en avant sur les affiches. Ce numéro, qui existe depuis sept ans, reçoit 5.000 appels chaque année. Les femmes peuvent y trouver des réponses aux questions qu'elles se posent sur leur sexualité, les méthodes de contraception ou l'avortement.

Philippe Rémond

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)