Vaccination contre la grippe A : le Haut Conseil de la santé publique établit la liste des personnes prioritaires

Le Haut Conseil de la santé publique a rendu le 10 septembre ses recommandations sur la vaccination contre le virus de la grippe A/H1N1. Ce document établit la liste des personnes prioritaires : professionnels de santé et de secours, femmes enceintes, entourage des nourrissons de moins de 6 mois et bébés de 6 mois à 23 mois. La décision de lancer la vaccination sera prise "sous 15 jours", annonce le ministère de la Santé.

L'avis du Haut Conseil de la santé publique sur la vaccination contre la grippe A (H1N1), publié le 10 septembre, ne laisse plus de place au doute : "La campagne de vaccination devra démarrer le plus rapidement possible, dès que les vaccins seront disponibles et utilisables", indique le rapport. Cette vaccination sera gratuite et non obligatoire. Le ministère de la Santé attendait ce document pour établir les modalités de la vaccination et la stratégie à adopter. La mise à disposition progressive des vaccins, à partir du mois d'octobre, impose en effet d'établir des priorités.

Les premières personnes concernées seront les personnels de santé, médico-sociaux et de secours, "en commençant par ceux qui sont amenés à être en contact fréquent et étroit avec des malades grippés ou porteurs de facteurs de risque", précise le Haut Conseil. Il s'agit essentiellement des médecins, des infirmières et aides soignantes, des kinésithérapeutes, des sages femmes, des personnes travaillant dans les pharmacies et les laboratoires, des ambulanciers ainsi que des personnels qui travaillent en établissement de soins et à domicile. Cette première cible représente 2 à 3 millions de personnes.

Pour la population générale, le Haut Conseil a identifié plusieurs groupes et établi cinq priorités :

Priorité 1
- Les femmes enceintes à partir du début du 2e trimestre.
- L'entourage des nourrissons de moins de 6 mois : parents, frères et soeurs, personnel de la petite enfance. Objectif : vacciner l'entourage afin de protéger les bébés de moins de 6 mois qui ne seront pas vaccinés.
- Les nourrissons de 6 à 23 mois atteints de pathologies chroniques graves : respiratoires, cardiaques, neuromusculaires, déficits immunitaires.

Priorité 2
- Les personnes de 2 à 64 ans avec facteur de risque. Sont concernés les malades chroniques atteints de pathologies cardio-vasculaires, respiratoires et rénales, les diabétiques, les personnes souffrant de drépanocytose ou d'un déficit immunitaire.

Priorité 3
- Les nourrissons de 6 à 23 mois en bonne santé.
- Les personnes de plus de 65 ans atteintes de maladies chroniques sévères.

Priorité 4
- Les personnes de 2 à 18 ans en bonne santé.

Prorité 5
- Les personnes à partir de l'âge de 19 ans en bonne santé.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a indiqué dans un communiqué de presse daté du 10 septembre qu'elle "proposera, sous 15 jours, au président de la République et au Premier ministre, la stratégie vaccinale qui pourra être mise en œuvre lorsque les vaccins seront disponibles et auront reçu leur autorisation de mise sur le marché (AMM)".

Philippe Rémond