croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

« Un médicament anti-obésité ? Autant croire à la magie ! »

Trois questions au Dr Gérard Apfeldorfer, psychiatre spécialisé dans les troubles du comportement alimentaire et membre fondateur du Gros (groupement de réflexion sur l’obésité et le surpoids).

Que pensez-vous de l’efficacité de l’orlistat ?
Si cette molécule était efficace sur la perte de poids, cela se saurait, puisqu’elle est commercialisée depuis plus de dix ans sous le nom de Xenical® !

La prise en charge de l’obésité peut-elle se réduire à la prise d’un médicament ?
Prendre un médicament pour lutter contre le surpoids et l’obésité relève de l’ordre des pratiques magiques. Cette commercialisation laisse croire que le problème de l’obésité peut se régler avec un médicament. C’est faux ! La prise en charge de l'obésité est complexe et doit être globale. Elle vise notamment à modifier le comportement alimentaire dans la durée, à gérer les tensions émotionnelles et à réhabiliter l'image corporelle des personnes.

La prise de ce médicament oblige à réduire sa consommation de graisses. Ces dernières sont-elles responsables de la prise de poids ?
Le principe d’action de ce médicament et le fait même qu’il doit être accompagné d’un régime pauvre en graisses laissent penser que ce sont les aliments gras qui sont la cause de l’obésité. Les preuves de cette responsabilité n’existent pas. La réduction des graisses dans l’alimentation n’entraîne pas systématiquement une perte de poids. En plus, ce médicament a des effets néfastes sur le transit intestinal qui peuvent entraîner des carences en acides gras essentiels et en certaines vitamines.

Propos recueillis par Emmanuelle Billon-Bernheim