Terra Nova : réinventer le système de santé

A la veille de l’université d’été du Parti socialiste, et quelques semaines avant la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013 en Conseil des ministres (10 octobre), la Fondation Terra Nova, proche du PS, a publié jeudi un rapport qui ambitionne de «réinventer le système de santé», indique Le Monde de samedi (page 8). Parmi la trentaine de propositions décapantes du «think tank», «certaines devraient faire des vagues», souligne Le Figaro-économie (page 23).

La principale étant, selon Le Monde, le renforcement du rôle de l’Etat, qui doit prendre une place prépondérante dans le domaine de la santé, tant vis-à-vis de l’assurance maladie que des mutuelles. En matière de remboursements le rapport souhaite «un haut niveau de prise en charge». Plus surprenant, pour Terra Nova cela passerait par une «extension de la couverture par la Sécurité sociale sur le modèle du régime existant en Alsace-Moselle». Le «think tank» suggère également que les complémentaires santé soient soumises à une «autorité indépendante de régulation» (Le Monde).

En matière de dépassements d’honoraires, Terra Nova s’en tient à des mesures proches de celles esquissées par le gouvernement : son rapport propose de diversifier les formes de rémunération individuelle en médecine ambulatoire et d’interdire par la suite tout dépassement d’honoraires. Le think tank met également l’accent sur la prévention, qu’il qualifie de «point faible du système de santé français». Pour limiter la progression des maladies chroniques, mais aussi des maladies sociétales comme l’obésité, la dépendance, le stress ou les addictions, le rapport préconise de favoriser la transversalité entre les acteurs de santé et de l’éducation.

Plan antitabac
Dans quelques semaines, la ministre de la Santé dévoilera son plan de prévention du tabagisme, convaincue qu’une «approche uniquement fiscale ne suffit pas», rapporte Le Journal du dimanche (page 17). «Jusqu’ici nous avons multiplié les mesures sans les inscrire dans un plan de santé publique global et dans la continuité alors que le tabac provoque 73.000 morts chaque année et coûte 18 milliards d’euros à la Sécu», souligne Marisol Touraine.

Le ministère de la Santé envisage plusieurs pistes : une «fiscalité contributive et dissuasive», un paquet neutre à partir du 1er décembre, une prise en charge des produits de sevrage tabagique et une extension des espaces non-fumeurs. «Nous allons nous atteler aux publics prioritaires : les jeunes, les femmes enceintes et les populations précaires, qui concentrent beaucoup de fumeurs», précise la ministre de la Santé. De son côté, Jean-Marie Le Guen, député socialiste de Paris, appelle à taxer les bénéfices des cigarettiers pour financer les programmes de lutte et de prévention contre les addictions. «Les fabricants utilisent leurs superprofits pour contourner la loi Evin, en plaçant leurs produits dans les films et en transformant leurs paquets en vendeurs muets», dénonce-t-il.

John Sutton