croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Roselyne Bachelot veut renouer le dialogue avec les médecins

Après son intervention, ce week-end à Lille, au congrès du syn­dicat des médecins généralistes MG-France, Roselyne Bachelot reçoit au­jourd'hui les généralistes à son ministère car la ministre de la Santé entend "renouer le dialogue". Comme le rapporte La Tribune (page 8), "elle a annoncé que certains décrets de sa loi hospitalière de 2009 imposant des contraintes aux généralistes, en particulier en matière de garde et de vacances, pourraient être revus et assouplis. Elle a aussi accepté de repousser à septembre les élections professionnelles chez les libéraux, une revendication de certains de leurs syndicats".

Elle présentera aujourd'hui aux médecins la mise en place des "maîtres de stages" qui seront chargés d'encourager les étudiants à exercer dans des zones sous-médicalisées. Comme le note le journal économique, cette annonce intervient dans une période agitée. Hier, à l'appel de MG-France, les généralistes ont mené une nouvelle journée d'action en faisant la grève de la télétransmission des feuilles de soins à l'assurance maladie. Le 8 avril, ils fermeront leur cabinet pour manifester leur mécontentement. La principale attente des libéraux est "l'augmentation immédiate d'un euro de la consultation, qui passerait de 22 à 23 euros". Elle engendrerait un coût 250 millions d'euros par an pour la "Sécu", souligne La Tribune.

Toujours en matière de comptes, l'assurance maladie a publié hier ses dernières statistiques. Ainsi, en février, les remboursements des soins de ville ont progressé de 3,7 % par rapport à février 2009, indiquent Les Echos (page 4). Cette évolution est plus "vive" que l'objectif de 2,8% pour 2010. En cause : des "effets de trésorerie" sur les prescriptions de médicaments à l'hôpital, explique l'assurance maladie.

Pour ce qui est des dépenses d'auxiliaires médicaux (infirmiers, kinés), elles sont en hausse de 6,9%, tandis que les indemnités journalières ont connu une croissance de 4,8%. Quant aux honoraires des médecins et des dentistes, ils ont augmenté de 1,5%.

Les suicides au travail
Selon la psychologue Marie Pezé, une personne par jour se suicide à cause de son travail et ce fléau, estime-t-elle, devrait encore s'étendre. Dans certains secteurs, le désespoir des salariés est particulièrement significatif, indique Le Parisien/Aujourd'hui (page 6).

Chez France Telecom, par exemple, 40 suicides ont été déplorés en deux ans, et 15 depuis le 1er janvier 2010. Les ouvriers, les opérateurs informatiques et les employés de libre-service sont les travailleurs les plus soumis à la pression. Dans le secteur public, ce sont les policiers qui se suicident le plus (35 pour 100.000), suivis des employés du ministère de l'Equipement (25 pour 100.000), des Finances et de l'Education nationale.

Pour beaucoup des salariés, observe Marie Pezé, la souffrance s'explique par le "flux tendu" de leur activité et leurs "horaires effrénés" : "On voit des gens très abîmés, qui ont l'impression de faire du sale boulot, notamment dans les hôpitaux où beaucoup évoquent une augmentation des erreurs médicales."
Frédéric Lavignette