Retraites : nouvelle réforme en vue

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, entame aujourd’hui une concertation avec les partenaires sociaux sur l’avenir des retraites. Ce rendez-vous, prévu par la loi Fillon de 2003, doit aboutir cet été à une nouvelle réforme. Hier, Xavier Bertrand a fait part aux députés de son souhait de "changer le système de fixation des pensions". Dans L’Express, le Premier ministre se prononce également pour un "nouveau mode d’indexation" des retraites sur les prix. En revanche, François Fillon se montre plus réservé sur un éventuel changement de l’âge légal de départ à la retraite. "Si les partenaires sociaux posent cette question, nous en débattrons", déclare simplement le chef du gouvernement dans cet hebdomadaire.

Faudra-t-il travailler plus longtemps ? La législation actuelle prévoit qu’entre 2009 et 2012, la durée de cotisation dans le privé comme dans le secteur public (hors régimes spéciaux) devrait passer progressivement de 40 à 41 ans, à raison d’un trimestre supplémentaire par an, rappelle La Tribune (page 2). Mais l’ensemble des syndicats s’opposent à cet allongement. Ils plaident pour une amélioration du taux de remplacement et pour un accroissement des recettes, souligne le quotidien Les Echos (page 4). La CFDT, qui a soutenu la réforme de 2003, considère aujourd’hui que les conditions ne sont pas réunies pour un allongement de la durée de cotisation, note Le Monde (page 12).

"Passer à 41 ans ne produira aucun effet, si l’on considère le taux actuel d’emploi des seniors", estime son secrétaire national, Jean-Louis Malys. En effet, le taux d’emploi des seniors stagne en France à 37,8%, contre 42,5% en moyenne en Europe, rappelle Le Figaro-économie (page 20). Pour le Conseil d’orientation des retraites (Cor), les premiers résultats des mesures pour l’emploi des seniors se révèlent "décevants".

Le niveau des pensions va-t-il baisser ? Les taux de remplacement à la liquidation de la retraite – c’est-à-dire le rapport entre la première pension et le dernier revenu d’activité – vont se dégrader sensiblement à l’avenir, notamment pour les cadres du secteur privé.

Faudra-t-il épargner pour améliorer sa pension ? "Il sera indispensable de compléter le socle de la retraite de base et complémentaire par de l’épargne retraite", estime Gérard de La Martinière, président de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) dans La Tribune. Devant le faible succès rencontré par les différents produits d’épargne retraite, le Cor préconise d’améliorer et de simplifier l’ensemble des dispositifs existants.

De nouveaux financements sont-ils envisageables ? La loi actuelle envisageait des hausses de cotisations vieillesse à condition toutefois qu’elles soient compensées par une baisse des cotisations chômage limitée à trois points. Le patronat et le gouvernement y sont actuellement opposés.

La vie deux ans après l’annonce d’un cancer
Le ministère de la Santé rend publics ce matin les résultats de la première grande enquête réalisée sur le thème : "La vie deux ans après le diagnostic du cancer", annonce Le Figaro (page 11). Il en ressort que seulement un tiers des patients estiment "très satisfaisante" la qualité de la prise en charge médicale. Autre résultat : les trois quarts des patients jugent "plutôt facile" d’obtenir des informations. La grande majorité des malades estiment avoir été associés aux décisions thérapeutiques. Mais 18% n’ont pas bénéficié d’un soutien psychologique malgré leur demande.

Sur un plan affectif, le cancer ne semble pas avoir "d’effets dévastateurs sur les couples", résume le Pr Francis Larra, président de la Ligue contre le cancer, dans Le Parisien/Aujourd’hui (page 13). Deux ans après le diagnostic, 76% des personnes interrogées vivent toujours avec le même conjoint.

John Sutton