croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Retraites : les « décisions concerneront tout le monde »

La prestation télévisée du président de la République, hier soir sur TF1, fait les gros titres des quotidiens nationaux, ce matin. Le Figaro salue "Le nouveau Sarkozy" et retient notamment que le chef de l'Etat "veut le consensus sur la réforme des retraites". Libération ironise sur "Sarkozy au pays de la crise" et estime que "le président est apparu sur la défensive face à l'inquiétude des Français". "Et pendant ce temps, la dette monte", s'inquiète La Tribune, qui juge que "l'envolée des déficits publics et de la dette contrarie la stratégie de sortie de crise de Nicolas Sarkozy". L'autre quotidien économique, Les Echos, note que "Sarkozy promet que Proglio se consacrera “à 100% à EDF“" et souligne que le président a défendu hier soir sa double casquette EDF-Veolia, qui ne devrait durer que "quelques mois". Le chef de l'Etat s'est efforcé de rassurer les Français inquiets des effets de la crise en leur promettant une baisse du chômage dans les semaines ou les mois à venir.

A propos des retraites, Nicolas Sarkozy a déclaré que "les décisions concerneront tout le monde", les salariés du privé comme les fonctionnaires. "Mon ambition serait qu'on règle le problème des retraites dans le courant de l'été" ou en tout en cas "avant la fin de l'année", a-t-il précisé, note Le Figaro (page 3).

"Je sais que Mme Aubry propose que les Français partent à 62 ans", a souligné le président, caricaturant un peu les propos de la première secrétaire du PS, souligne Libération (page 4). "Je ne changerai pas le régime par répartition, qui fait la solidarité entre les générations, par un régime où chacun épargnerait de son côté", a assuré le chef de l'Etat, qui souhaite "le consensus le plus large possible". Il a évoqué la perspective d'un allongement de la durée de cotisation et la prise en compte de la pénibilité, notent Les Echos (page 2). "La seule [piste] que je ferme, c'est celle qui consisterait à diminuer les pensions de retraite. Elles sont trop basses", a estimé Nicolas Sarkozy. En revanche, il n'a pas éliminé explicitement une hausse des cotisations, alors que les ministres concernés excluent régulièrement cette solution, relèvent Les Echos. Danièle Karniewicz, présidente de la Caisse nationale d'assurance-vieillesse (Cnav), lance un cri d'alarme sur la réforme des retraites dans La Tribune (page 4) : "Il ne faut pas sous-estimer l'état d'urgence financière dans lequel se trouve le système de retraite." Outre la question des retraites, Nicolas Sarkozy a également cité parmi les réformes de l'année 2010 la prise en charge de la dépendance.

Grippe A : l'OMS sur la sellette
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a-t-elle surestimé les risques de pandémie de la grippe A, sous la pression des laboratoires pharmaceutiques ? L'accusation est portée par le Dr Wolfgang Wodarg, épidémiologiste et député socialiste allemand et par quatorze autres parlementaires européens de toutes tendances. Ces députés ont obtenu que des responsables de l'OMS et des fabricants de vaccins viennent s'expliquer, aujourd'hui à Strasbourg, sur leur gestion de la crise de la grippe A, devant la commission santé du Conseil de l'Europe, indique Le Parisien/Aujourd'hui, qui inaugure sa nouvelle formule par un titre choc : "Comment les labos ont influencé l'OMS." "Il faut que l'organisation s'explique sur les liens d'argent qui existent entre certains de ses experts et les laboratoires", estime le Dr Wodarg. Selon ce quotidien (page 2), "les liens d'intérêt entre six experts de l'OMS et l'industrie pharmaceutique sont avérés. Ils faisaient partie des comités stratégiques qui ont conseillé la directrice, Margaret Chan". Le quotidien porte la même accusation de conflit d'intérêts à l'encontre d'"une majorité des experts du comité de lutte contre la grippe, nommés par la ministre de la Santé" en France.
John Sutton