Réforme des retraites en 2010

Le président de la République a fixé hier les grandes lignes de la politique de son prochain gouvernement, dont la composition sera dévoilée demain, résume le quotidien Les Echos. L'équipe dirigée par François Fillon, sera chargée de "réfléchir aux priorités nationales et à la mise en place d'un emprunt pour les financer", souligne La Tribune (pages 1 et 2). Nicolas Sarkozy a réfuté toute "politique de rigueur" et toute augmentation des impôts, retient Le Figaro (pages 1 et 2).

En matière sociale, le chef du gouvernement a indiqué vouloir aller "plus loin dans la maîtrise de nos dépenses de santé". "Nous n'éluderons pas la question des niches sociales, qui font perdre à la Sécurité sociale des recettes dont elle a tant besoin", a-t-il ajouté. Nicolas Sarkozy a annoncé un "rendez-vous capital" sur la réforme des retraites. Les décisions seront prises à "la mi-2010" et non pas renvoyées à l'élection présidentielle de 2012 comme l'avait évoqué le Premier ministre, soulignent Les Echos (page 4) et Le Figaro (page 4).

Le débat sur la réforme des retraites pourrait notamment s'appuyer sur le rapport du Conseil d'orientation, qui sera rendu en 2010. "Il faudra que tout soit mis sur la table : l'âge de la retraite, la durée de cotisation et la pénibilité", a précisé le chef de l'Etat (La Tribune, page 4). "On n'est pas plus avancé, mais c'est une confirmation : le “ballon d'essai” du ministre du Travail, Brice Hortefeux, qui évoquait la semaine dernière un recul de l'âge de légal de la retraite à 65 ans, n'était pas un hasard", ironise Libération (page 4). De son côté, Le Figaro estime que "le président donne ainsi raison au Medef, qui avait plaidé pour que le dossier retraite soit rouvert rapidement, face à la hausse des déficits".

Les négociations avec les syndicats s'annoncent difficiles, soulignent Les Echos. Pour Jean-Louis Malys, le "monsieur retraite" de la CFDT, reculer le départ à la retraite "ferait porter le poids des mesures sur ceux qui ont commencé à travailler jeune", ce qui "serait profondément injuste" (La Tribune). "C'est bien que le président ait lié report de l'âge de la retraite et pénibilité", relève, dans Le Figaro, Danièle Karniewicz, présidente (CGC) de la Caisse nationale d'assurance-vieillesse (Cnav). Mais il manque d'autres éléments incontournables : l'emploi des seniors, le niveau des pensions et des recettes. On peut demander aux Français des efforts supplémentaires s'ils ont l'espoir d'un pouvoir d'achat correct à la retraite."

Les Français satisfaits de leur complémentaire santé
95% des Français disposent d'une complémentaire santé et 8 sur 10 l'ont souscrite de manière "volontaire", soit dans le cadre de leur entreprise, soit individuellement, indique le baromètre TNS Sofres-La Banque postale prévoyance-La Tribune (page 5). Près de 8 personnes sur 10 pensent qu'une complémentaire est "indispensable", tandis que 9 sur 10 sont satisfaites des niveaux de remboursement, en particulier pour les consultations de généralistes, les médicaments et les analyses biologiques. 83% des Français sont satisfaits du rapport entre les tarifs et les prestations. Enfin, la moitié des personnes interrogées avouent comparer les tarifs et les remboursements et surtout consulter plusieurs compagnies d'assurances ou mutuelles, avant de faire leur choix.

John Sutton