croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Radioscopie des retraites en 2012

La direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (Drees) vient de publier une étude qui constitue une vue d’ensemble sur les retraites et les retraités.

C’est un document de près de 200 pages que vient de publier la direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (Drees) sur la retraite et les retraités : évolution du nombre de pensionnés, profils des bénéficiaires du minimum vieillesse, focus sur la retraite supplémentaire, opinion des Français vis-à-vis du départ à la retraite…

Ainsi, en 2012, la France comptait 15,5 millions de personnes en inactivité, un effectif qui continue de croître mais à un rythme moindre. Alors qu’entre 2006 et 2010, on observait chaque année 360.000 retraités supplémentaires, ce nombre est passé à 210.000 en 2011 et 225.000 en 2012. "Ce ralentissement s’explique principalement par la réforme de 2010 repoussant l’âge de départ à partir de juillet 2011", explique la Drees.

Une pension moyenne de 1 288 euros

Examinant le montant des pensions, la Drees constate que le montant moyen a progressé de 1,3% en 2012 par rapport à l’année précédente pour s’établir à 1.288 euros mensuels. "La revalorisation légale au rythme de l’inflation et surtout “l’effet de noria” sont à l’origine de cette hausse : la pension des nouveaux retraités, avec des carrières en général plus favorables, est plus élevée que celle des retraités qui décèdent, ce qui rehausse mécaniquement la moyenne", précise la Drees.

Toutefois, ce montant moyen recouvre d’importantes disparités, en particulier entre hommes et femmes : ainsi, en 2012, la retraite moyenne des hommes était de 1.654 euros et celle des femmes de 951 euros, mais sur le long terme, relève cet organisme, cet écart se réduit.

A un niveau macro-économique, les prestations couvrant le risque vieillesse se sont élevées à 290,1 milliards en 2011, ce qui représente 45% de l’ensemble des prestations sociales et 14,5% du PIB. Elles constituent de fait le premier poste de dépenses de protection sociale.

Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)