Prévenir l’obésité par l’activité physique

La Mutualité française et l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) réunissent aujourd’hui à 12 h 30 au Stade de France, à Saint-Denis près de Paris, près de 3.000 collégiens venus de tout l’Hexagone pour tester leur condition physique et leur faire découvrir une vingtaine d’activités sportives : tennis, rugby, hockey, futsal (football en salle), ergo-aviron, BMX (cyclisme)… Il s’agit de lancer, en présence des ministres de la Santé et de l’Education nationale, un nouveau programme de lutte contre la sédentarité des jeunes et pour la prévention de l’obésité.

Jean-Pierre Davant était l’invité de Jean-Michel Dhuez ce matin à 6 h 15 au micro d’ "Europe 1 infos". Pour le président de la Mutualité française, "le combat contre l’obésité des jeunes n’est pas encore gagné". "Nous avons du retard en France par rapport aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, puisque seulement 11% des filles et 26% des garçons âgés de 11 ans font une heure d’activité physique par jour, c’est peu, précise Jean-Pierre Davant. Ils passent beaucoup plus de temps devant les écrans de télé ou les jeux vidéos".

L’opération du Stade de France marque le début d’une campagne qui va s’étendre à tous les collèges du pays. Comme les sportifs de haut niveau, les enfants vont passer des tests pour évaluer leurs capacités physiques et d’endurance. "Ils ont pour but de les inciter à faire du sport, explique le président de la Mutualité française. Durant cette journée, ils rencontreront des joueurs de football et de rugby, des nageurs et des médaillés olympiques pour les "motiver" et découvriront diverses activités. Ce programme est aussi l’occasion de rappeler que la prévention doit être un élément majeur de notre système de santé". Tout au long de l’année, des moyens seront mis à la disposition des collégiens par la Mutualité française pour favoriser une activité physique régulière.

Le budget de la Sécu au Sénat
Les sénateurs commencent cet après-midi l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2009. Ce débat va être l’occasion de se pencher sur l’objectif d’évolution des dépenses d’assurance maladie fixé à 3,3% en 2009, indiquent Les Echos (page 5). La loi de finances rectificative prévoit un nouveau transfert de l’Etat de près de 1 milliard d’euros vers la Sécu. Par ailleurs, selon un rapport du ministère de la Santé, les franchises médicales auraient permis d’économiser 800 millions d’euros, soit 50 millions d’euros de moins que prévu, en raison du plafond journalier.

Ce plafond est atteint au moins une fois par mois par 11% des assurés sociaux. Quant au plafond annuel (50 euros), il a été atteint dès le 30 juin par 5 à 6% des assurés selon les régimes, et par 13 à 19% des patients souffrant d’une affection de longue durée (ALD). Pour le ministère de la Santé, les franchises ont "changé certains comportements". Elles ont notamment favorisé l’essor des médicaments vendus en grandes boîtes, qui ont progressé de 8% au premier semestre.

John Sutton et Pascal Lelièvre