croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Placer la santé au cœur des élections de 2012

Le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, a présenté les orientations de la "plateforme 2012" du mouvement mutualiste le 24 juin à Paris, lors de l'assemblée générale. Objectif de ce projet : faire en sorte que la santé soit au cœur des prochaines élections présidentielles et législatives.

Un projet adopté à l'unanimité. Près d'un millier de délégués mutualistes ont donné le coup d'envoi de la plateforme de propositions de la Mutualité Française sur la santé et la protection sociale. Avec ce projet, la Mutualité ambitionne de faire entendre sa voix à l'occasion des élections présidentielles et législatives de 2012. Les premières pistes de travail ont été exposées par le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, lors de l'assemblée générale du 24 mai à Paris.

Nombre d'orientations de la plateforme de propositions pour 2012 sont issues des rencontres citoyennes menées par le mouvement mutualiste en région. "Deux réunions régionales thématiques, l'une à Nantes le 10 mai portant sur la politique du médicament, l'autre à Lyon le 24 mai sur la perte d'autonomie, nous déjà permis de tester quelques propositions", explique Etienne Caniard. Le contenu définitif sera, quant à lui, rendu public les 6 et 7 octobre prochains, lors des journées de rentrée de la Mutualité Française qui se tiendront à Tours.

Au travers de ces propositions, le président de la Mutualité Française veut "replacer l'idée d'égalité et celle de justice au cœur du système de santé". Pourquoi évoquer la notion de justice ? "Parce que le sentiment d'injustice est vif chez nos compatriotes", répond Etienne Caniard. "Pour recueillir l'adhésion des citoyens dans la durée, les dispositifs de protection sociale doivent être compréhensibles et apparaître comme justes dans leurs principes et leur mise en œuvre." Autres grandes orientations : "contribuer à l'amélioration du système de santé" et, enfin, "concourir au développement durable du système de santé".

Lutter contre les dépassements d'honoraires
Le projet de résolution "Plateforme 2012" part ainsi du constat que "les ménages sont confrontés à une augmentation de leurs restes à charge qui leur posent de plus en plus un problème d'accès aux soins". La Mutualité Française souhaite répondre à cet enjeu majeur "en développant ses politiques conventionnelles avec les professionnels de santé et en luttant contre les dépassements d'honoraires". Pour le mouvement mutualiste l'enjeu du conventionnement est de "favoriser l'accès aux soins sur des critères de qualité et de maîtrise des restes à charge".

La Mutualité Française proposera également de "renforcer les mécanismes de solidarité au sein de l'assurance maladie complémentaire". Une occasion pour Etienne Caniard d'évoquer longuement la question de la dépendance (lire notre article du 24 juin), mais également celle de la perte de la couverture complémentaire, à la suite d'une rupture professionnelle par exemple. Le texte prévoit notamment de formuler des propositions "pour que les jeunes aient accès, en toute autonomie, à une couverture santé solidaire".

Moraliser la politique du médicament
"Sur la politique du médicament, une grande partie de la tâche a été accomplie dès le mois d'avril, avec la publication de notre plan", rappelle Etienne Caniard. En effet, suite à l'affaire du Mediator®, la Mutualité a présenté un plan visant à moderniser et moraliser la politique du médicament en France.

"Nous devons aux victimes et à leur famille d'instaurer une frontière, d'une étanchéité absolue, entre la politique industrielle et la politique sanitaire du médicament", appuie Etienne Caniard. Celle-ci doit permettre "le meilleur usage des produits de santé au meilleur coût et favoriser l'innovation réelle, celle qui apporte un progrès thérapeutique". Le président de la Mutualité Française en a appelé à la vigilance sur ce sujet "les pressions vont être fortes, les lobbys ne vont pas rester inertes !"

Renforcer la solidarité
Pour Etienne Caniard, "l'engagement des mutuelles ne pourra se concevoir que dans le cadre d'un renforcement de l'assurance maladie obligatoire". "Donner un caractère durable au développement du système de santé, c'est d'abord contribuer à sa soutenabilité financière et à sa pérennité économique." Ces propositions portent sur l'apport de financements publics supplémentaires, la diversification de ces financements et le renforcement de leur caractère solidaire, ainsi que la suppression de certaines exonérations fiscales et sociales.

Il s'agit aujourd'hui de se "positionner sur ce que nous, mouvement mutualiste, dans nos différents métiers, dans nos différentes responsabilités, en complémentaire santé, en couverture dépendance, comme gestionnaires de services de soins et d'accompagnement mutualistes et en tant qu'acteurs de la prévention, nous sommes prêts à faire pour contribuer à la modernisation de notre système de santé et de protection sociale". "A quoi sommes-nous prêts ? De quoi serons-nous capables ?", lance le président de la Mutualité Française.

Philippe Rémond