PLFSS 2013 : « Un budget d’attente »

Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2013 est présenté ce matin en Conseil des ministres. Certaines mesures devraient susciter des débats animés à l'Assemblée nationale, prévoit le site Internet des Echos (lesechos.fr), en l'absence de la plupart des quotidiens nationaux dans les kiosques suite à un mouvement de grève

L'an prochain, pas de déremboursements, ni aucune augmentation du ticket modérateur, a promis la ministre de la Santé, mais des efforts sur le prix des médicaments, des soins de ville ou des actes de radiologie et de biologie. "Un budget d'attente", commente le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, dans Le Nouvel Observateur (lenouvelobservateur.fr). Car, la "chasse au gaspi" ne suffira pas. Seule une vraie refonte du système permettrait des économies : politique du médicament, développement de la médecine de proximité pour soulager les urgences hospitalières, révision du mode de rémunération des médecins. "Tout est à revoir, comme le montre cet inventaire à la Prévert, significatif des petites et grandes inadaptations de notre système de soins à la réalité d'aujourd'hui", estime l'hebdomadaire, qui multiplie les exemples de dysfonctionnements, depuis les "26 médicaments de Liliane" jusqu'aux "trois césariennes de Caroline", en passant par "la hanche ”en or” d'Hortense".

Du côté des recettes, et donc des nouveaux prélèvements, lesechos.fr prédisent "une levée de boucliers" chez de nombreuses catégories sociales et professionnelles : industriels du médicament, travailleurs indépendants, retraités, buralistes, brasseurs… Parmi les premiers mécontents, les 2,1 millions d'artisans, commerçants et professions libérales, qui vont payer plus d'un milliard d'euros de cotisations supplémentaires en 2013. Mais le gouvernement souligne que les plus modestes seront épargnés, le texte prévoyant une baisse de la cotisation forfaitaire pour la première tranche de revenus.

De leur côté les retraités pourraient "se réveiller" face au nouveau prélèvement qui pèsera sur leurs revenus. Six syndicats les appellent à manifester demain pour défendre leur pouvoir d'achat.

Mais le PLFSS 2013 ne fait pas que des mécontents, nuancent Les Echos : il épargne le portefeuille des patients et "satisfait les mutuelles… dans l'ensemble". Dans un communiqué publié la semaine dernière, la Mutualité Française a salué un projet de loi "qui ne comporte plus, contrairement aux années précédentes, de transferts de charges vers les assurés sociaux, ni de remise en cause du niveau des prestations servies par le régime d'assurance maladie obligatoire". Toutefois, elle souhaite que soient redéfinis "le rôle des acteurs de la protection sociale, notamment celui des mutuelles, ainsi que la fiscalité qui leur est applicable, telle que la TSCA puisqu'elles sont devenues aujourd'hui indispensables à l'accès aux soins".

Sans mutuelle, la santé devient hors de prix
Combien ça coûte de se soigner sans mutuelle ? Pour un skate-boarder qui se casse une dent après une chute : 2.308 euros. C'est l'un des exemples choisis par la Mutualité Française pour démontrer l'utilité de souscrire mu­tuelle, rapporte le site Internet de La Tribune (latribune.fr). Si la question se pose, c'est que le phénomène de non-assurance va croissant, surtout chez les jeunes.

Ce n'est donc pas un hasard si la Mutualité Française, qui tient la se­maine prochaine son 40e congrès, à Nice (Alpes Maritimes), sur le thème de l'accès aux soins, a choisi d'illustrer via une animation Internet les conséquences sanitaires et financières d'épisodes courants comme une chute de skateboard ou le traitement d'un syndrome du canal carpien, souligne le site du journal économique. "Sans mutuelle, la santé devient hors de prix", assure la Mutualité Française.

"Mais il est vrai aussi qu'après des années de hausse des prix", sous l'effet de l'augmentation des taxes qui leur sont appliquées et des transferts de charge, "les complémentaires santé, elles-mêmes deviennent chères. Et la part des dé­penses remboursées est très variable selon le niveau de garanties souscrit", estime le site.

Partenariat
La Mutualité Française a conclu, du 10 au 24 octobre, un partenariat avec le magazine en ligne Slate.fr qui publiera des articles consacrés à l'évolution du système de santé.
Cliquer ici pour en savoir +

John Sutton