Nutrition : un accompagnement à la carte

Les personnes qui présentent un surpoids et un risque cardio-vasculaire élevé peuvent suivre le programme d’équilibre alimentaire proposé par Priorité santé mutualiste. Ce service d’accompagnement personnalisé fournit des conseils pour construire progressivement ses menus santé et aider à perdre du poids. Il est accessible par téléphone au 39 35.

"J’ignorais qu’il fallait manger des féculents à chaque repas. Pour moi, ces aliments étaient les premiers à disparaître de mon assiette lorsque je voulais faire un peu attention." Nathalie, enseignante de 40 ans à Montpellier, s’est inscrite au programme d’équilibre alimentaire proposé par la mutuelle de son mari dans le cadre de Priorité santé mutualiste. "Avec 70 kg pour 1,65 m, je présente un léger surpoids. Mais c’est surtout mon risque cardio-vasculaire qui m’a incitée à m’inscrire : mon père est mort à 51 ans d’un accident vasculaire cérébral."

L’équilibre alimentaire proposé par Priorité santé mutualiste est établi par des médecins nutritionnistes. "Il ne s’agit pas d’un régime flash pour la plage comme on a l’habitude d’en rencontrer sur la couverture des magazines, précise Nathalie. Il consiste plutôt à donner des bases et des conseils pour mieux cuisiner et manger plus équilibré."

Le programme commence par présenter les principaux groupes d’aliments et la manière de les combiner. "Ce fil rouge nous permet d’aborder progressivement différents sujets comme la quantité de nourriture ou la qualité des repas, explique le Pr Jean-Daniel Lalau, nutritionniste à l’hôpital universitaire d’Amiens, qui a participé à l’élaboration du programme. Pas à pas, le diététicien construit des menus équilibrés avec les participants, tout en leur donnant des repères pour la suite. Il s’agit de les accompagner afin de les aider à construire leurs propres menus santé."

Un accompagnement de plusieurs mois
Ce dispositif d’accompagnement de Priorité santé mutualiste est accessible à l’ensemble des adhérents mutualistes au 39 35 (prix d’un appel local). "Le premier entretien s’est déroulé avec le médecin de la plateforme téléphonique, se rappelle Nathalie. Il m’a tout de suite envoyé des informations sur le programme et quelques conseils pour commencer. Les rendez-vous suivants se sont déroulés avec une diététicienne." Les entretiens durent entre 20 et 30 minutes, au rythme d’un par mois pendant neuf mois. Ils ont lieu en semaine entre 9 heures et 19 heures. "J’ai pu me faire appeler au bureau, ce qui est très pratique quand on sort tard du travail."

"Au fil des séances, poursuit Nathalie, j’ai appris à lutter contre mes mauvaises habitudes. Je diversifie beaucoup plus mes menus, que ce soit le midi au restaurant d’entreprise ou à la maison. Nous avons aussi abordé le problème des repas lors des sorties, chez des amis par exemple. L’accompagnement dans la durée permet un vrai soutien psychologique. Ca m’aide à ne pas craquer !"

Des conseils qui profitent à toute la famille
"Ce rythme est déterminant, explique Jean-Daniel Lalau, car on apprend et on modifie son comportement alimentaire dans la durée. Au fil des mois et des échanges, le diététicien construit un véritable suivi personnalisé." De fait, après chaque entretien, ce professionnel de santé envoie des fiches conseils ainsi que des exemples de recettes qui reprennent les sujets abordés au téléphone. Des informations complémentaires peuvent également être adressées en fonction des demandes de chacun.

"J’ai affiché sur la porte du frigo une fiche qui montre les cinq groupes d’aliments, raconte Nathalie. Ils sont présentés sous la forme d’une main : chaque doigt correspond à un groupe. Dès qu’il est rentré à la maison mon fils, Oscar, qui a six ans, m’a demandé ce que représentait ce dessin. J’ai pu lui expliquer les aliments nécessaires à un repas équilibré. Désormais, il les identifie bien et veille à ce que rien ne manque dans son assiette !"

Philippe Rémond