croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Nutrition : plus de fruits et moins de sucre qu’il y a dix ans !

Les Français consomment davantage de fruits, moins de produits sucrés et de sel qu’il y a dix ans. C’est le principal enseignement d’une récente étude de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Cette amélioration globale des comportements alimentaires va dans le sens du Programme national nutrition santé (PNNS).

Qu’est-ce qui a changé dans l’assiette des Français depuis une dizaine d’années ? Pour répondre à cette question, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a mené en 2006-2007 sa deuxième étude individuelle nationale des consommations alimentaires (Inca 2) auprès de plus de 4000 personnes.

Publiée en juillet, cette enquête témoigne d’une amélioration globale des comportements alimentaires. Ils vont dans le sens des principales recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS) : manger moins gras, moins sucré et consommer quotidiennement cinq fruits et légumes. Ainsi, entre 1999 et 2007, la consommation de fruits a progressé de +16,3% chez les adultes et de +11,7% chez les 15/17 ans.

Autre point positif : dans la même période, la consommation de sucre et de ses dérivés, comme la confiture, le miel et les confiseries, a baissé de -24,1% dans la population adulte. Mieux encore : les enfants âgés de 3 à 14 ans se laissent moins tentés par les sucreries (-26,9%). Même tendance concernant également les viennoiseries, les pâtisseries et les gâteaux. En revanche, "une augmentation de la consommation de glaces et desserts glacés est observée entre 1999 et 2007", note le rapport. Celle-ci est de plus de +30% chez les adolescents et les adultes.

En outre, l’étude pointe une réduction des apports en sel dans les aliments. Chez les adultes, elle est passée de 8,1 grammes par jour et par personne à 7,7 grammes. "Cette baisse […] se caractérise, notamment, par une réduction de la proportion de “forts” consommateurs", précise l’Afssa. Ainsi, entre 1999 et 2007, l’apport quotidien en sel de plus de 12 grammes a diminué de près d’un tiers (30%) chez les hommes et d’un quart chez les femmes.

Différences de consommation liées au sexe
Globalement, la consommation alimentaire diffère selon le sexe. Les femmes sont ainsi plus nombreuses à manger des fruits, des produits sucrés (biscuits, pâtisseries, glaces…), du poisson et boire des boissons non alcoolisées. "A l’inverse, les consommations de produits carnés (viande, charcuterie), de pommes de terre, de fruits secs et graines oléagineuses et de boissons alcoolisées sont plus courantes chez les hommes", soulignent les auteurs de l’étude.

Enfin, cette enquête montre que l’assiette des Français contient 44% de glucides, 39,1% de lipides et 16,9% de protéines. Comparée à la ration calorique journalière recommandée, "nous mangeons donc encore trop de lipides et de protéines et pas assez de glucides, notamment de glucides complexes, apportés, par exemple, par le pain et les produits céréaliers", regrette l’Afssa.

Christophe de La Mure