croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Mobilisation contre la réforme des retraites : bataille de chiffres

Au lendemain de la mobilisation contre le recul de l'âge du départ à la retraite, les chiffres s'affrontent, comme à l'ordinaire. Selon certaines sources, 395.000 manifestants ont pris part aux 173 rassemblements recensés en France. D'autres évoquent plutôt le chiffre d'un million de personnes.

Dès lors, le contraste entre les journaux est conséquent. Alors que Le Figaro (page 3) estime que "les syndicats peinent à mobiliser en masse", L'Humanité (pages 2 à 6) juge qu'avec la "très forte mobilisation" d'hier, "les Français prennent la mesure de la gravité du projet gouvernemental sur les retraites".

De son côté, le gouvernement se dit rassuré, indiquent Les Echos (page 2). D'après son porte-parole, la "faible mobilisation" vient "valider la méthode du gouvernement" et sa "détermination" à mettre en oeuvre "une réforme juste et équilibrée". Pour sa part, le ministre du Travail s'est félicité que "la mobilisation n'ait pas été plus élevée qu'en mars", malgré l'annonce officielle, entre-temps, du relèvement de l'âge de départ.

Dans une tribune qu'il signe dans Libération (page 22), Eric Woerth explique en quoi sa réforme est "une mesure juste" et répond aux arguments des socialistes opposés à l'abandon de l'âge légal fixé 60 ans.

"Si relever l'âge légal était une me­sure si injuste, je me demande pourquoi tant de gouvernements de gauche en Europe y ont eu recours pour sauver les régimes de retraites de leur pays, sauf à m'expliquer qu'il y a deux visions de la justice à gauche en Europe", explique le ministre.

Comme pour apporter de l'eau au moulin de la majorité, la Commission des comptes de la Sécurité sociale a rendu public, hier, un document de synthèse des comptes du régime général pour 2009. Pour la branche vieillesse, le déficit s'est aggravé de 1,6 milliard pour atteindre – 7,23 milliards d'euros. "Du jamais vu", commente Le Figaro.

Compte tenu de tous ces constats quantitatifs, "le gouvernement se sent conforté dans son projet", estime La Tribune (page 5). Ainsi, "l'avant-projet de loi que le gouvernement enverra aux partenaires sociaux aux alentours du 20 juin ne devrait donc pas être revu en profondeur".

Pour leur part, les syndicats ne de­vraient pas baisser les bras. En effet, dans la foulée de cette présentation par l'exécutif, l'intersyndicale devrait se mobiliser prochainement, annoncent Les Echos. Dès lundi, une réunion des différents syndicats devrait fixer la date de la prochaine manifestation. Les centrales semblent miser sur un "sursaut" plus conséquent des salariés dès que la réforme sera connue dans sa totalité. Quant au syndicat Force ouvrière, qui jusque-là a fait "bande à part", il appelle à une journée de grève le 15 juin.

Déficit de la Sécu en 2009 : 20,3 milliards
La Commission des comptes de la Sécurité sociale a dévoilé hier les comptes définitifs des quatre branches du régime général pour 2009. Encore une fois, le terme de "record" est associé à ces soldes négatifs. Comme l'indiquent en effet Les Echos (page 2), le régime général a enregistré l'an passé un déficit de 20,3 milliards d'euros, ce qui représente une dégradation de plus de 10 milliards par rapport au résultat enregistré en 2008.

Avec 10,6 milliards d'euros, "c'est la branche maladie qui affiche le plus gros déficit". Une situation qui s'explique par une baisse importante des recettes, mais il faut aussi noter que les dépenses ont été supérieures de 700 millions d'euros à l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam), fixé par le Parlement. "Le dépassement est dû essentiellement à l'hôpital (600 millions)", indique le quotidien économique. Une croissance plus forte du vo­lume d'actes et l'entrée en vigueur d'une nouvelle grille de tarification en sont les principaux motifs, ainsi que la "forte augmentation des affections de l'appareil respiratoire" imputables à l'épidémie de grippe A/H1N1.

Si l'on ajoute les résultats de la branche famille et celle des accidents du travail, la Sécu atteint un déficit qui est "le double de l'année précédente et presque deux fois et demie le montant voté par le Parlement", relève Le Figaro (page 3). Le déficit de la branche famille s'est en effet creusé de 1,5 milliard l'an passé pour atteindre 1,8 milliard d'euros. Quant à celle des accidents du travail-maladies professionnelles, elle devient déficitaire de 713 millions.
Frédéric Lavignette