Médicaments génériques : encore un effort !

Les fabricants français de médicaments génériques sont plutôt satisfaits puisqu'en 2009 leur chiffre d'affaires a été en hausse. Avec 2,3 milliards de résultats, le secteur a, en effet, en­registré une progression de 12,5% par rapport à 2008. Si on compare ce chiffre d'affaires à celui des médicaments rem­boursables vendus dans les pharmacies (+1,1%), il s'agit d'une "belle performance", soulignent Les Echos (page 19). Toutefois, les professionnels de ce secteur ne doivent pas "s'endormir sur leurs lauriers", conseille le quotidien économique.

Si les génériques ont progressé en valeur, l'augmentation des ventes en vo­lume n'a pas suivi, puisqu'elle n'a pas dépassé les 7%. Par conséquent, la bonne performance des génériques n'est due qu'à "la mise sur le marché de produits plus chers".

D'ailleurs l'an dernier, le taux de substitution par les pharmaciens a même reculé, passant de 75% à 72%. "Dans ce contexte, remarquent Les Echos, l'objectif de 80% fixé par l'assurance maladie pour 2010 semble particulièrement ambitieux."

Pourtant, toutes les classes thérapeutiques comportent désormais au moins une molécule générique. Selon le syndicat professionnel des génériques (Gemme), si "76% des médicaments prescrits disposent d'une forme générique, 23% seulement sont délivrés sous cette forme". Selon une étude réalisée pour le Gemme, si 62% des médecins se disent favorables au développement de ces "copies", seuls "quatre praticiens sur cinq reconnaissent qu'il est plus facile de prescrire un nom de marque".

Donner la vie peut tuer
Plusieurs associations, parmi lesquelles Médecins du monde, Action for Global Health, Oxfam France et Avocats pour la santé, viennent de lancer une campagne baptisée : "Non-assistance à mère en danger". Elle vise à augmenter l'aide au développement en matière de santé afin de réduire la mortalité des femmes enceintes.

Comme le rapporte L'Humanité (page 15), l'an dernier, dans les pays pauvres, plus de 530.000 femmes sont décédées suite à des complications liées à leur grossesse. Faute de soins, une femme enceinte meurt toutes les minutes, et vingt autres survivent avec de graves séquelles.
Frédéric Lavignette