croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médicaments en libre accès : en attendant le décret

"Tout est prêt." Dans sa pharmacie de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne), Jean-François Breton attend avec impatience le décret qui l’autorisera à mettre certains médicaments sans ordonnance en libre accès, rapporte le quotidien Les Echos (page 9). Les patients enrhumés ou souffrant de brûlures d’estomac pourront faire leur choix parmi les boîtes d’Actifed®, Humex®, Rennie® et autres Nurofen®. Le projet de décret, examiné par le Conseil d’Etat, précise que les médicaments concernés devront être vendus dans "un espace réservé et clairement identifié, situé de façon à permettre le contrôle effectif du pharmacien, à proximité immédiate des postes de dispensation des médicaments".

La liste établie par les autorités sanitaires comprend 220 médicaments sans ordonnance, et pourra être élargie par la suite, rappellent Les Echos. Les plus dangereux, comme les sirops contenant de la codéine, resteront derrière le comptoir. Quels sont les avantages du libre accès pour les clients ? "Les prix devraient baisser de 10 à 12% en moyenne en quelques mois", affirme Claude Japhet, président de l’Union nationale des pharmacies de France dans Les Echos. Mais l’impact sur le pouvoir d’achat des ménages risque d’être négligeable, car les dépenses d’automédication ne s’élèvent qu’à 27 € par an et par habitant en France, souligne L’Humanité (page 2).

Le passage en libre accès permettra-t-il à la Sécurité sociale de faire des économies ? La mesure n’aura probablement pas d’impact direct sur les comptes de l’assurance maladie. Des effets progressifs à plus long terme sont attendus de l’essor de l’automédication, mais uniquement si celle-ci se développe au détriment des médicaments remboursés. L’Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa) affirme que les dépenses d’assurance maladie baisseraient de 2,5 milliards d’euros par an si l’on transférait "5% du volume des médicaments consommés sur prescription vers l’automédication". Selon l’Afipa, cela suffirait à réduire les remboursements de médicaments, les consultations médicales et les arrêts maladie. "C’est une prévision extraordinairement optimiste", juge Alain Coulomb, ancien directeur général de la Haute Autorité de santé (HAS), qui évalue plutôt l’économie à 1 milliard d’euros. Mais pour y parvenir, il faudra "un changement de comportement profond de la part des pharmaciens et des patients".

"Derrière l’argument massue du pouvoir d’achat et de la responsabilisation des Français, il s’agit surtout de désengorger les salles d’attente des médecins", souligne pour sa part L’Humanité qui dénonce les dangers de l’automédication. En faisant jouer la concurrence sur les médicaments sans ordonnance, les pharmaciens espèrent contrer l’offensive de la grande distribution sur ce terrain, marquée récemment par la campagne publicitaire de Leclerc, qui prétend vendre ces médicaments "25% moins cher que les pharmacies", concluent Les Echos.

La Seine-et-Marne veut attirer les médecins
"On recherche des médecins aux portes de Paris", titre Le Parisien/Aujourd’hui (pages 2 et 3). Pour la première fois, un département d’Ile-de-France, la Seine-et-Marne, lance un plan pour faciliter l’installation des médecins. "Ici, nous n’avons que 65 spécialistes pour 100.000 habitants, contre 116 en Ile-de-France et 88 en France, et 80 généralistes, contre 88 en Ile-de-France et 99 en France", s’alarme Gérard Bernheim, vice-président du conseil général de Seine-et-Marne. Parmi les cinq mesures incitatives, qui devraient s’appliquer fin 2008, on retiendra l’aide au logement, l’aide au conjoint à trouver un emploi, le regroupement des médecins isolés dans des maisons médicales pluridisciplinaires et plus en amont, l’attribution de bourses aux étudiants en troisième cycle de médecine pour qu’ils s’engagent à s’installer dans le département. Cette initiative du conseil général de Seine-et-Marne anticipe sur le projet de loi pour lutter contre les "déserts médicaux", qui sera présenté en octobre par la ministre de la Santé.

John Sutton