croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médicament : des Assises pour préparer la réforme

Après le scandale du Mediator®, le ministre de la Santé a lancé le jeudi 17 février les Assises du médicament. Objectif : restaurer la confiance dans le système de sécurité sanitaire des produits de santé. Six groupes de travail ont été mis en place. Leurs propositions sont attendues pour "fin mai, début juin", en vue d’une réforme au second semestre.

"Il doit y avoir clairement un avant et un après Mediator®" : c’est en ces termes que le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a débuté le jeudi 17 février la présentation des Assises du médicament, lancées le même jour. Cette "concertation très large" sur la refonte du système de sécurité sanitaire des produits de santé vise à "rebâtir la confiance", a-t-il expliqué.

Désormais, "le doute doit profiter aux patients" et non plus aux laboratoires pharmaceutiques, comme cela a été le cas avec le Mediator®. Tous les acteurs du médicament – chercheurs, médecins, laboratoires, associations de malades, parlementaires, Mutualité Française… – se sont ainsi réunis, y compris "ceux qui, pendant longtemps, ont eu le sentiment de ne pas être entendus", a précisé Xavier Bertrand.

"Evaluation, suivi, utilisation et promotion…"
A cette occasion, six groupes de travail ont été mis en place pour passer au crible la gouvernance et la gestion sanitaire des médicaments. Ils devront élaborer une "vision stratégique nationale de la politique des produits de santé, qui sera ensuite portée au niveau européen", indique le ministère. Dès la semaine prochaine, Xavier Bertrand rencontrera, à Bruxelles, le commissaire européen en charge de la Santé, John Dalli.

Les propositions "concrètes" des six groupes porteront notamment sur "l’évaluation, le suivi, l’utilisation et la promotion des produits de santé, afin de garantir une sécurité optimale aux patients". Elles sont attendues pour "fin mai, début juin", prévoit Xavier Bertrand. Ce délai permettra d’attendre les conclusions des missions parlementaires instaurées en début d’année à l’Assemblée nationale et au Sénat.

A l’issue des travaux, le ministre entend avoir des "lignes directrices", voire le "détail des réformes" à mener "au second semestre" 2011. Néanmoins, il estime que Dominique Maraninchi, qui sera officiellement nommé directeur général de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) dans les prochains jours, doit d’ores et déjà entamer une réforme de cette instance.

Les contributions sur Internet
Pour pouvoir tenir ce calendrier serré, les groupes de travail devront rendre leurs conclusions plutôt à la "mi-mai", pour pouvoir ensuite en tirer des conclusions globales, estime Edouard Couty, le rapporteur général. Ce conseiller maître à la Cour des comptes et président de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) assure, en effet, la coordination des Assises.

"Un certain nombre de réunions démarrent dès la semaine prochaine", ajoute-t-il. Pour Edouard Couty, chaque groupe devrait organiser entre 7 et 9 réunions d’ici la fin des travaux, avec en moyenne 20 à 30 participants à chaque fois. "Les participants sont libres de s’inscrire à plusieurs ateliers", renchérit-il.

Xavier Bertrand a tenu à préciser que les réflexions seront menées "en toute indépendance" et qu’il n’y aurait "pas de censure". Toutes les propositions, mêmes celles qui ne seront pas retenues, figureront dans le rapport final et seront mises en ligne sur Internet. Le site du ministère accueillera prochainement un espace dédié aux Assises du médicament, ce qui permettra aussi aux citoyens d’apporter leurs propres contributions.

Paula Ferreira