Martin Hirsch annonce un plan emploi pour les jeunes

Intitulé "Génération active", le projet du haut-commissaire aux Solidarités actives et à la Jeunesse en faveur de l’emploi des jeunes sera dévoilé demain. Martin Hirsch a cependant tracé hier, lors du Grand-Jury RTL-Le Figaro-LCI, les grands axes du dispositif qu’il entend mettre en place. Comme l’explique La Tribune (page 4), des mesures sont urgentes, car la situation est plutôt "explosive". "Fin 2008, 543.000 jeunes actifs étaient au chômage", indique le quotidien.

Martin Hirsch fera trois propositions, rapporte Libération (page 13). La première s’adresse aux entreprises privées, pour qu’elles prennent en charge l’intégralité des coûts de formation des apprentis et autres personnes sous contrats de professionnalisation. En contrepartie, le jeune "promettrait de rester au moins trois ans dans la branche d’activité", explique La Tribune.

La seconde piste vise à couvrir les besoins en recrutement dans le secteur santé-social et à préfinancer les formations. "Il nous faut 30.000 infirmières par an alors qu’il en sort 20.000 des écoles", a-t-il notamment déclaré, rapporte Libération. Enfin, poursuit Le Figaro (page 3), Martin Hirsch propose d’instaurer un "service civique payé 600 euros par mois". Pendant un an, cette formule devrait permettre à un jeune de remplir des missions d’intérêt public contre cette indemnité mensuelle.

Au total, la facture de ce dispositif devrait s’élever à 1,5 milliard d’euros, indique le quotidien. Selon La Tribune, la ministre de l’Economie a indiqué que de tels contrats aidés pour la jeunesse sont prévus "budgétairement". Reste à savoir si Christine Lagarde envisage d’y consacrer un tel montant, laisse entendre Le Figaro...

"Sécu" : un déficit 2009 estimé à 20 milliards
Si les prévisions de l’Insee pour le premier semestre se vérifient, le recul du PIB pour cette année sera plus proche de 3% que de 1,5%, comme initialement envisagé par Bercy. Comme le soulignent Les Echos (page 4), le ministère du Budget a bien du mal à fixer ses prévisions, tant "les perspectives macroéconomiques sont tellement volatiles". Le gouvernement ne devrait toutefois pas "modifier sa copie en dépit du très fort recul attendu".

Un dérapage est aussi attendu du côté de la Sécurité sociale, de l’Unedic et des retraites complémentaires, préviennent Les Echos. Le déficit du régime général de la Sécurité sociale devrait atteindre les 20 milliards, et non 18 milliards comme le prévoyait le ministre du Budget.

Le recul de la masse salariale due à la destruction des emplois est en grande partie responsable de cette augmentation du déficit. Comme l’a indiqué le ministère du Budget en fin de semaine, la Sécurité sociale a présenté un déficit de 10 milliards d’euros en 2008.

Frédéric Lavignette