croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Les médicaments en libre accès disponibles dans les pharmacies avant l’été

Les médicaments en libre accès dans les pharmacies pourront être disponibles, au plus tôt, "dans la seconde quinzaine de juin", signale La Tribune (page 8). Selon le souhait formulé par Roselyne Bachelot à l’automne dernier, "plus de 200 médicaments non remboursables par la Sécurité sociale s’apprêtent à passer de l’autre côté du comptoir des officines". Toutefois, quelques "formalités administratives" sont encore nécessaires, souligne ce quotidien.

Pour l’heure, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a "pratiquement bouclé" cette liste. Reste à certains laboratoires à "faire savoir à l’agence s’ils disposent des médicaments concernés, dans les dosages et les conditionnements (...) retenus". Selon La Tribune, les veinotoniques ne figurent pas sur cette liste. Une stratégie commerciale explique peut-être cette absence. "Ou tout simplement parce que la liste de l’Afssaps ne retient que les médicaments autorisés depuis une dizaine d’années."

Cette nouvelle disposition risque de perturber les habitudes des pharmacies et des laboratoires. Dans les officines, les observations et les questions des patients sur certains produits en libre accès se multiplieront certainement. Côté laboratoires, il faudra désormais apprendre à "communiquer auprès du grand public". Concernant les prix, "ni les industriels ni les pharmaciens n’ont intérêt à aller vers une flambée du prix de ces traitements". estime Vincent Cotard, président de l’Association des industriels de l’automédication (Afipa). Pour La Tribune, l’automédication devrait "réduire les écarts de prix observés sur un même produit".

Tabac : des tendances encourageantes
Selon l’enquête que publie ce matin le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), la consommation quotidienne de tabac chez les jeunes est en baisse. Comme le rapporte La Croix (page 7), elle est passée de "33% à 16% chez les filles et de 30% à 18% parmi les garçons", entre 1999 et 2007. Un bémol est toutefois à mettre à ce constat satisfaisant puisque la proportion des gros fumeurs (c’est-à-dire plus de 10 cigarettes par jour) reste stable et avoisine les 5%.

Toujours d’après cette enquête, le sevrage tabagique diminue non seulement le risque de mourir d’un cancer "mais aussi d’infarctus, d’accident vasculaire cérébral, d’anévrisme de l’aorte abdominale, de bronchite chronique obstructive et d’artérite des membres inférieurs", signale Le Figaro (page 12). Cinq à neuf années après avoir renoncé au tabac, un ex-fumeur bénéficie d’une forte diminution des risques vis-à-vis du cancer du poumon. La menace du cancer du larynx est, en revanche, plus prégnante. Concernant les symptômes de bronchite chronique, ils disparaissent entre un à deux mois après le sevrage.

Pouvoir d’achat : développer la participation
Le président de la République demande aux entreprises de développer la participation et l’intéressement des salariés. Le chef de l’Etat a en effet annoncé hier l’élaboration d’un projet de loi qui devrait permettre de redonner davantage de pouvoir d’achat aux Français à partir de 2009. Le Figaro (page 18), comme Libération (page 13), évoquent une politique de "la carotte et du bâton".

Nicolas Sarkozy souhaite étendre le mécanisme d’épargne salariale dont bénéficient déjà 11 millions de salariés. Il leur permet de percevoir une partie des bénéfices de leur entreprise. Pour inciter ces entreprises, Nicolas Sarkozy propose une réduction de 20% de leur impôt sur les sociétés, indique Le Parisien/Aujourd’hui (page 12). Si "elles rechignent (...) alors ce sera le bâton", explique ce quotidien. Dès 2010, une nouvelle loi leur imposera en effet d’associer les salariés aux bénéfices.

Frédéric Lavignette