Le plan cancer affiche un bilan contrasté

Lancé en 2002, le plan cancer affiche un bilan contrasté. Comme le signale Libération (pages 8 et 9), "la Cour des comptes a rendu public, hier, un rapport sur l’état de réalisation de ce plan". Dans l’ensemble, le document est "plutôt positif, même si les magistrats se montrent sévères sur la pauvreté des résultats en termes de prévention et sur la persistance des inégalités". Un des objectifs du plan était que 80% des femmes entre 70 et 74 ans puissent bénéficier d’un dépistage du cancer du sein. Or, début 2008, ce taux était de "plus de 50%". "Sur le dépistage du cancer colorectal, l’objectif est loin d’être atteint : à peine 30%", souligne Libération.

Selon la Cour des comptes, "un tiers des 70 mesures auront été réalisées", précisent Les Echos (page 5). C’est en matière de prise en charge de la maladie que le bilan est le meilleur, poursuit Libération. En effet, le taux de survie à cinq ans est de 52% et "selon les projections, elle serait de 55%". Si l’on en croit Les Echos (page 14), ces chiffres devraient être prochainement améliorés grâce à l’apparition de nouveaux traitements. En effet, au congrès de cancérologie qui vient de se tenir à Chicago (Illinois), une nouvelle tendance de thérapies ciblées a été mise en avant.

"Une vingtaine de biomédicaments, majoritairement des anticorps monoclonaux, sont en phase de développement final chez les industriels", annonce ce quotidien. Leur principe consiste à bloquer les informations qui se propagent à l’intérieur de la cellule malade afin d’atteindre l’ADN logé dans le noyau. D’autres nouveautés thérapeutiques, qui vont "améliorer le sort des patients", ont été exposées lors de ce congrès, poursuivent Les Echos. "Mais cette diversité va aussi compliquer la tâche des cancérologues confrontés à un énorme choix de combinaisons."

Médicament : l’effet limité des franchises
La franchise de 50 centimes d’euro par boîte de médicament, appliquée depuis le 1er janvier, "ne devrait pas avoir un effet important sur le marché pharmaceutique", rapportent Les Echos (page 24). Comme l’explique ce quotidien, en s’appuyant sur les statistiques du Leem, le syndicat des industriels du médicament, les ventes progresseront cette année de 4 à 4,5%, soit une hausse quasi-identique à celle de 2007.

"Certes, les ventes de médicaments délivrés en officine sont en léger ralentissement : on passerait cette année à une hausse de 3%, contre 3,8% en 2007. Mais la progression sera plus forte pour les produits administrés à l’hôpital : + 7% à 8%." L’impact des franchises a été limité car pour beaucoup de patients, le plafond annuel de 50 euros a été atteint dès les premiers mois de l’année. "L’effet des franchises jouera donc beaucoup moins sur le reste de 2008" ; écrit le journaliste Vincent Collen.

DMP : l’avis critique du Comité d’éthique
Le Comité national consultatif d’éthique a rendu hier son avis sur le dossier médical personnel (DMP), note Le Figaro (page 16). "Le DMP, tel qu’il est proposé, ne permettra pas d’atteindre le but poursuivi, à savoir d’associer une meilleure coordination des soins conduisant à l’amélioration de leur efficience et de leur qualité, avec une meilleure utilisation des dépenses de santé pour un coût identique ou diminué", estime cette instance. Parmi les critiques formulées, l’une d’elles porte sur le "masquage". Si cette option permet au patient de dissimuler certains aspects de sa vie privée, le comité s’interroge sur "l’utilité d’un dossier dont le titulaire aurait décidé d’effacer certaines informations qui pourraient être essentielles à sa prise en charge médicale". Pour Le Figaro, cet avis "met en cause le principe même du dossier médical personnel". A tout le moins, il saura être utilisé par les opposants au DMP pour retarder la mise en oeuvre de cet indispensable outil de coordination des soins.

Frédéric Lavignette