croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le déficit public se creuse

La publication, en fin de semaine dernière, des comptes nationaux par l’Insee montre une "dégradation de la situation financière", note La Tribune (pages 26 et 27). En effet, le déficit public de 2007 s’élève à +2,7% du PIB (soit 50 milliards d’euros), alors que la dette publique a augmenté de +5,2% (soit 1 209,5 milliards d’euros) pour atteindre 64,2% du PIB. Le président de la République a, par conséquent, dû revoir à la hausse ses prévisions puisqu’il avait promis que "le déficit resterait le même qu’en 2006… soit 2,4% du PIB", rapporte le quotidien économique.

La seule "bonne nouvelle", poursuit La Tribune, est que les comptes sociaux se sont redressés de 1,6 milliard d’euros l’an dernier. Un soulagement que l’on doit à l’excédent de 3,5 milliards d’euros réalisés par l’Unedic, en raison de "l’amélioration du marché du travail". En revanche, les déficits des caisses de Sécurité sociale restent "abyssaux", pour reprendre l’expression de La Tribune.

Dans le détail, poursuit ce quotidien économique, le régime général de la "Sécu" devrait atteindre un déficit de –9,4 milliards d’euros en 2007. Le solde de la branche maladie devrait s’élever à –4,6 milliards d’euros et celui de la branche vieillesse à –4,5 milliards d’euros. Concernant la branche accidents du travail et maladies professionnelles, les prévisions tablent sur –0,5 milliard. Seule la branche famille parviendrait à l’excédent avec +0,2 milliard

En évoquant hier soir sur TF1 des "économies à trouver", le Premier ministre "s’est bien gardé de parler de rigueur", relève Le Figaro (page 2). François Fillon a reconnu "qu’il y a un trou d’air lié à la situation internationale", mais que "la France ne doit pas être inhibée et doit continuer à faire des réformes". Il n’exclut d’ailleurs pas de "parvenir à l’équilibre des comptes publics en 2012", rapportent Les Echos (page 5).

"La plupart des experts voient mal aujourd’hui comment le gouvernement, en dépit des dénégations de François Fillon et Nicolas Sarkozy, pourra éviter d’en passer par une phase de rigueur", poursuit ce quotidien. Certains projets de lois (logement, prison) vont certainement "être gelés", estime La Tribune. D’ailleurs, le haut-commissaire aux Solidarités actives, Martin Hirsch, "se montre inquiet quant à la généralisation de son projet de revenu de solidarité active (RSA)".

Handicap : 30.000 personnes dans la rue
Peu de journaux évoquent aujourd’hui la manifestation qui a réuni, samedi à Paris, plus de 30.000 personnes en situation de handicap à l’appel du collectif "Ni pauvre ni soumis". En quelques lignes, Le Figaro (page 8) mentionne ce rassemblement, tout en signalant "le rendez-vous prévu demain avec le ministre du Travail". Cette rencontre avec Xavier Bertrand s’inscrit dans la suite logique de cette manifestation qui avait pour but de réclamer un "revenu d’existence" décent comme le mentionne Le Journal du dimanche (page 5). Autrement dit, qu’il soit aligné sur le Smic brut (1.200 euros mensuels) alors que "le montant de l’allocation adulte handicapé (AAH) s’élève actuellement à 628 euros".

Pour beaucoup des manifestants, explique L’Humanité (page 7), il n’est pas question de réclamer la "charité", mais un peu plus de "dignité". A ce titre, la décision du président de la République d’augmenter de +1,1% l’ensemble des minima sociaux a davantage été perçue "comme du mépris que comme un coup de pouce", explique le quotidien. Une pétition rassemblant 80.000 signataires a été remise à l’Elysée.

Frédéric Lavignette