croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le congrès dans la presse

Réseau hospitalier, lobby médical, dépassements d’honoraires, participation de la Mutualité au conseil de surveillance des Agences régionales de santé, généralisation de PSM… la presse quotidienne régionale et la presse spécialisée (Le Quotidien du médecin, L’Argus de l’assurance) de ce week-end reviennent largement sur les thèmes du congrès de Bordeaux, qui s’est achevé samedi.

Le système de santé "s’enfonce dans la médiocrité", et toutes les tentatives de le réformer se heurtent au "puissant lobby médical", juge Jean-Pierre Davant dans un entretien publié dans La Charente Libre du 6 juin (page 55). Pour le président de la Mutualité française, en effet, le lobby médical "très actif, pèse auprès des responsables politiques de toutes tendances".

"La Mutualité se veut exemplaire", titre le quotidien gratuit, Direct matin (page 11), qui annonce que "pour lutter contre les dépassements d’honoraires", la Mutualité "souhaite développer son propre réseau hospitalier". "On voudrait avoir un établissement important dans chaque capitale régionale, qui soit à même de peser sur l’ensemble de la politique hospitalière de la région", explique Jean-Pierre Davant dans Direct matin.

"Les dépassements d’honoraires dans les cliniques incitent certains de nos concitoyens à renoncer aux soins et ce n’est pas acceptable", s’est indigné le président de la République, souligne La Nouvelle République (page 40), datée de vendredi. "Je ne veux pas d’un système à l’américaine, qui exclut de la couverture des frais de santé 15 % de la population", a-t-il ajouté, cité dans Sud-Ouest de vendredi. "Cela fait des années que le sujet des dépassements d’honoraires est sur la table, il est temps de le traiter dans les toutes prochaines semaines", a précisé Nicolas Sarkozy (Le Quotidien du médecin, daté de jeudi).

"Sarkozy veut confier un rôle accru aux mutuelles", titre La Nouvelle République de vendredi. Le chef de l’Etat a jugé "normal" que la Mutualité qui "siège au conseil de la Caisse nationale d’assurance maladie", soit également "représentée au sein du conseil de surveillance des agences régionales de santé, qui vont être mises en place prochainement". "Je demande à la ministre de la Santé d’y être attentive dans l’application de la loi Hôpital", a-t-il ajouté.

"Bordeaux : le PSM dans le grand bain", titre L’Argus de l’assurance (pages 10 à 12), pour annoncer la généralisation de Priorité santé mutualiste, créé par la Mutualité française pour les adhérents de ses mutuelles. "Ce n’est pas un palmarès, mais un ensemble d’établissements qui satisfont aux critères de qualité", a bien précisé Jean-Pierre Davant, repris par L’Argus de l’assurance. "Le congrès va marquer le véritable basculement du service sur l’ensemble du territoire, avec le lancement de la première grande campagne de communication vers nos adhérents", indique le président de la Mutualité. La campagne de publicité a commencé jeudi à la télévision où quelque 1 200 spots sont programmés. La radio entrera en jeu le 15 juin, avec 1 100 annonces.

Comment la Mutualité peut-elle résister à la concurrence ?, interroge L’Argus de l’assurance. "Je dis aux Français : attention, vous n’achetez pas votre voiture chez un fabricant de machines à laver !", déclare Jean-Pierre Davant, qui dénonce "ces entreprises qui se servent de la santé comme produit d’appel" et "concourent aussi à la dérégulation du système de santé".

La loi HPST adoptée au sénat
Les sénateurs ont adopté la loi "Hôpital, patients, santé et territoires" dans la nuit de vendredi à samedi. Seule la majorité a voté pour. Le texte doit maintenant être examiné par les députés et les sénateurs réunis en commission mixte paritaire, précise Le Monde (page 12). La ministre de la Santé a dû faire des concessions, notamment sur la gouvernance à l’hôpital, rappelle Le Journal du Dimanche (page 17). Les sénateurs ont adopté vendredi un amendement autorisant la vente d’alcool sur les autoroutes et routes à quatre voies, soulignent Les Echos (pages 2 et 3). Ils ont également autorisé le gouvernement à regrouper deux agences de sécurité sanitaire : l’Afssa (aliments) et Afsset (environnement et travail). Enfin, un autre amendement du Sénat limite aux seuls obstétriciens conventionnés la prise en charge par l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux des indemnisations dépassant 3 millions d’euros, note Le Figaro-économie (page 23).

John Sutton