croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le Mediator® au rapport

En 130 pages et 55 propositions, le rapport de la mission parlementaire sur le Mediator® vient de dresser un bilan de cette affaire. Tout y est analysé : les torts attribués au laboratoire, la politique du médicament, la mauvaise coordination entre les institutions…

Comme le rappelle Le Figaro (page 15), cette mission parlementaire présidée par le député (PS) Gérard Bapt – également cardiologue – a été mise en place à la mi-décembre. Les douze députés qui la composent ont auditionné "plus d’une centaine de personnes parmi lesquelles des anciens ministres de la Santé, des membres de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), des médecins, le laboratoire Servier et des représentants de l’industrie pharmaceutique".

Après ces consultations, il apparaît qu’il existe un réel "manque de lien et de coordination entre les institutions concernées par le médicament", relève le député (UMP) Jean-Pierre Door, rapporteur de la mission. D’où cette proposition de créer une "task force" qui, autour de la direction générale de la Santé (DGS), réunirait l’Afssaps, l’Institut de veille sanitaire (InVS), ou encore l’assurance maladie, indique Le Monde (page 13). Au sein de cette instance, une synergie entre les différentes institutions pourrait être mise en place, à l’image de ce qui se fait aux Etats-Unis.

Le rapport propose également de créer "une commission plénière entre les experts de l’autorisation de mise sur le marché et ceux de pharmacovigilance", note Le Figaro.

En outre, la mission encourage la mise à disposition du public des données des études cliniques sur lesquelles reposent les autorisations de commercialisation. Lorsque les experts de l’Afssaps réalisent des études pour l’industrie du médicament, les montants de leurs émoluments pourraient également être rendus publics afin de mettre en évidence d’éventuels conflits d’intérêts.

Enfin, les députés préconisent un retour du politique dans la gestion des crises sanitaires, indique Le Figaro. S’inspirant de ce rapport et des préconisations que vont rendre l’Igas, les Assises du médicament et les sénateurs, le gouvernement devrait présenter prochainement un projet de loi sur le médicament, prévient Le Monde.

Dans la foulée, un premier procès du Mediator® devrait se tenir le 26 septembre 2012, annonce L’Humanité (page 11). Cette audience se tiendra au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) et ne concernera qu’une partie de l’affaire, pour simplement fixer les débats qui eux, sur le fond, se tiendront au printemps.

Dépendance : première estimation
Le montant des mesures nouvelles qui doivent être prises afin d’améliorer la prise en charge de la dépendance vient d’être estimé. Selon la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot, cette première évaluation est "d’environ 1 milliard d’euros".

Bien que "les arbitrages ne seront rendus que le mois prochain par le président de la République", précisent Les Echos (page 4), la ministre estime que ce montant annuel devrait permettre de "réduire la somme qui reste à la charge des personnes âgées aux revenus moyens dans les maisons de retraite médicalisées et d’améliorer l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa)".

Ce milliard devrait également permettre de soutenir les départements qui ont des difficultés à financer cette allocation ou aider les services d’aide à domicile. Cette enveloppe s’ajoutera à la croissance naturelle du budget consacré à la dépendance et au vieillissement de la population.

Frédéric Lavignette