croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

La stevia : un nouvel édulcorant qui doit faire ses preuves

Le rébaudioside A, tout juste autorisé en France, s'annonce comme un édulcorant entièrement naturel et sans calorie. Extrait de la plante stevia rebaudiana, il se présente sous la forme d'une poudre blanche au fort pouvoir sucrant, qui met l'eau à la bouche des gourmands et des industriels. Mais la commercialisation de ce produit fait encore débat.

A peine l'arrêté paru en septembre au "Journal officiel", que les marques Pure Via, Truvia ou encore Real Stevia se sont empressées d'annoncer leur arrivée sur le marché français. Les consommateurs pourront ainsi bientôt initier leurs papilles à un nouvel édulcorant : la stevia rebaudiana.

Le pouvoir sucrant de cette plante est connu des Indiens guaranis d'Amérique du Sud depuis des siècles. La France vient, elle, d'autoriser uniquement un extrait de stevia, le rébaudioside A. Il peut désormais être intégré dans des boissons ou des desserts...

300 fois plus sucrant que le saccharose
La stevia a des arguments pour emporter l'adhésion, malgré des doutes persistants sur son innocuité. Le rébaudioside A, en particulier, a un pouvoir environ 300 fois plus sucrant que le saccharose (sucre blanc), mais il n'apporte aucune calorie.

Ses promoteurs vantent les vertus d'un produit absolument naturel, contrairement à l'aspartame. "L'extraction du rébaudioside A de la plante ne modifie pas ses molécules", argumente le Pr Jan Geuns. Ce spécialiste de la stevia, président de l'European Stevia Association (Eustas), dirige le laboratoire de biologie fonctionnelle de l'université de Louvain, en Belgique.

Mais "les promoteurs de la stevia rebaudiana confondent la plante et les molécules qui en sont extraites", met en garde la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF). Ils mettent notamment en avant l'origine végétale de la molécule purifiée, qui serait "plus naturelle" que les édulcorants de synthèse. "Or le rébaudioside A est purifié à plus de 97%, ce qui en fait un produit aussi éloigné de la plante d’origine que le saccharose de la betterave", précise la DGCCRF.

Controverse autour des risques pour la santé
"Si la stevia convient aux diabétiques", assure le Pr Geuns, "elle aiderait en plus à réduire la tension artérielle et l'athérosclérose". Bénéfique pour la santé ? Pourtant, la stevia a été accusée d'être cancérigène ou de nuire à la fertilité. "Il n'y a aucun risque pour la santé", dément le Pr Geuns, "c'est pour ça qu'on a tellement d'ennemis."

André Cicolella, porte-parole du Réseau environnement santé (Res), se montre bien moins catégorique, en référence à la position du Center for Science in the Public Interest (CSPI) aux Etats-Unis : "Ce n'est pas parce qu'une substance est naturelle que forcément elle ne pose pas de problème", prévient-il.

Le CSPI réclame que des tests supplémentaires soient conduits par un organisme indépendant. De récentes études ont levé les inquiétudes concernant les éventuelles menaces que l'édulcorant était supposé faire peser sur la fertilité. Selon des toxicologues américains, d'autres tests sont encore nécessaires pour écarter tout risque de cancer.

Ne pas chauffer au-delà de 100°C
En 2008, un comité d'experts internationaux sur les additifs alimentaires s'est prononcé en faveur des glycosides de stéviol, la grande famille qui réunit le rébaudioside A mais aussi les stéviosides.

Un an plus tard, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a publié à son tour un avis favorable. Elle a toutefois jugé que le rébaudioside A était "le seul composé pleinement documenté sur le plan scientifique pour assurer les garanties de sécurité du consommateur", précise Marie-Hélène Loulergue, directrice adjointe de la direction d'évaluation des risques nutritionnels et sanitaires à l'Afssa.

L'Agence émet cependant une restriction : "Les études de stabilité dont on dispose incitent à ne pas chauffer le rébaudioside A au-delà de 100°C." Ce qui veut dire qu'il ne peut pas être utilisé dans les gâteaux, par exemple. Passé cette température, il se décompose et on n'a plus affaire à la même molécule.

Avis favorable pour seulement deux ans
Le rébaudioside A est autorisé en France pendant une période de deux ans. Mais son emploi est limité à la fabrication de certaines denrées alimentaires comme les boissons et à certaines doses. Il "est donc toujours interdit en tant qu'édulcorant de table", souligne la direction générale de la Consommation. Il en va de même pour "la plante stevia rebaudiana ainsi que ses extraits". Enfin, elle précise que "les compléments alimentaires à base de préparations issues de cette plante ne sont pas conformes au droit communautaire".

Utilisée depuis les années 1970 au Japon, la stevia est désormais légale aux Etats-Unis, en Suisse et en France sous la forme de rébaudioside A. Un ou plusieurs extraits pourraient être autorisés prochainement ailleurs en Europe. L'avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) est attendu pour la fin mars 2010.

Sandra Jegu