croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

La retraite à 62 ans en 2018

Le ministre du Travail a dévoilé ce matin le projet de loi sur les retraites, construit autour d'un recul de l'âge légal de départ à 62 ans en 2018 pour le secteur privé comme le public, comme l'annoncent les "unes" du Figaro et des Echos. L'âge de départ en retraite augmentera ainsi de quatre mois par an, à partir du 1er juillet 2011. Le gouvernement "a fait le choix d'acter dans la même réforme le relèvement de l'âge dans le privé, le public et les régimes spéciaux", a indiqué Eric Woerth ce mercredi. Dans la Fonction publique, "toutes les bornes d'âge bougeront de deux ans", a précisé le ministre. Quant aux régimes spéciaux, le relèvement de l'âge ne débutera qu'au 1er janvier 2017.

Conséquence de ce recul de deux ans, la barre des 65 ans, qui correspond actuellement à l'âge auquel une pension de re­traite à taux plein est garantie, sera progressivement reculée de deux ans, à 67 ans. Le gouvernement estime que l'augmentation de l'âge du départ est une mesure à la fois "raisonnable et efficace". Il la justifie par l'amélioration constante de l'espérance de vie à 62 ans. En 2009, celle-ci était de 20,8 ans pour les hommes et de 25,2 ans pour les femmes. "Cela veut dire concrètement que même avec une retraite portée à 62 ans, les Français passeront trois ans de plus à la retraite qu'en 1980", se félicite Eric Woerth. Selon le ministre, ce recul de l'âge légal devrait permettre d'économiser 19 milliards d'euros en 2018.

Autre annonce gouvernementale : la durée de cotisation sera portée à 41 ans et un trimestre en 2013 et devrait s'élever à 41,5 ans en 2020. Par ailleurs, le taux de cotisation acquitté par les fonctionnaires s'alignera progressivement sur celui du secteur privé. Il passera en dix ans de 7,85% à 10,55%. Un prélèvement supplémentaire de 1%, hors bouclier fiscal, sera effectué sur les 350.000 foyers assujettis à la plus haute tranche d'impôt sur le revenu, souligne Le Figaro (page 3). Les prélèvements sur les stock-options passeront de 10 à 14% pour les employeurs et de 2,5 à 8% pour les employés. Le prélèvement de l'entreprise sur les retraites chapeaux commencera désormais dès le premier euro, et non plus à partir de mille euros. Une contribution sociale de 14% sera également mise en place pour le bénéficiaire d'une retraite chapeau.

Le gouvernement estime que "l'ensemble de ces mesures devrait permettre d'atteindre l'équilibre des régimes de retraites en 2018". Le président de la République a demandé au ministre du Travail de "recueillir" les remarques et suggestions des partenaires sociaux et de lui en "rendre compte vendredi après-midi".

Médecine libérale : premières pistes de la mission Hubert
"Le nombre de médecins généralistes libéraux sera au plus bas dès 2015", estime Elisabeth Hubert, chargée par Nicolas Sarkozy de mener une mission de sauvetage de la médecine de proximité. "Une chose est certaine : il n'y a pas 55.000 gé­néralistes libéraux en plein exercice au­jourd'hui, ils sont nettement moins nombreux", confie-t-elle au Parisien/ Au­jourd'hui (page 8). Comment susciter des vocations et faciliter l'installation des jeunes généralistes ? Parmi les pistes à l'étude, les regroupements en pôles ou maisons de santé rencontrent un vrai succès auprès des professionnels et des patients, souligne Le Parisien. Pour les médecins, elles évitent le travail solitaire et les gros investissements immobiliers. Mais, l'ancienne ministre de la Santé d'Alain Juppé ne semble guère favoriser cette solution. Elle souhaite plutôt "donner plus de place à la médecine générale dans le cursus universitaire" et "favoriser la télémédecine". Pour illustrer cette dernière proposition, Elisabeth Hubert semble prôner le diagnostic à distance : "Une infirmière peut à distance, en utilisant la vidéo, montrer une plaie à un médecin. On évite ainsi les déplacements."
John Sutton