croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

La feuille de route santé-social du Parti socialiste

"Ancré à gauche", "mo­derne" et "clivant" : tels sont les qualificatifs que le Parti socialiste attribue au programme qu’il vient d’élaborer en vue de l’élection présidentielle de 2012. Sa première secrétaire, Martine Aubry, doit présenter ce document aujourd’hui au bureau national.

L’objectif premier de ce projet est de "rompre avec le sarkozysme" rapporte Le Monde (pages 12 et 13). Pour ce faire "les propositions s’ordonnent autour de trois grands chapitres : le redressement de la France dans le monde, la construction d’une société plus juste, (...) et l’affirmation de nouvelles pratiques démocratiques".

Parmi la centaine de propositions que devra appliquer le candidat socialiste, deux mesures traitent de la santé. "La première concerne la mise en place d’un dispositif pour contraindre les médecins à s’installer dans des régions où les professionnels de santé sont peu nombreux", indique Libération (pages 8 à 11). Afin de lutter contre les déserts médicaux, le PS envisage donc de "s’attaquer au principe de la liberté d’installation", conclut le quotidien.

L’autre mesure porte sur les "modes de rémunération des médecins généralistes". Le Parti socialiste veut opérer "une mutation profonde" en remplaçant le paiement à l’acte par le "paiement au forfait". Pour Libération, cette initiative paraît un peu tardive puisqu’aujourd’hui "seul un médecin sur dix s’installe en libéral, les autres allant vers des activités salariées".

Comme le soulignent Les Echos (page 3), le programme comporte une mesure sur les soins optiques et dentaires. Aujourd’hui très peu remboursés par la Sécurité sociale, ils seront "pris en charge par la solidarité nationale", pro­pose le PS.

En matière de dépendance, poursuit le quotidien, le parti de Martine Aubry souhaite garantir "un droit universel à la compensation des incapacités tout au long de la vie, dans le cadre de la Sécurité sociale". Ainsi, "hors frais d’hébergement dans les maisons de retraite, toute somme restant à la charge des ménages sera supprimée".

Le PS entend aussi revenir sur la plupart des mesures votées depuis l’élection de Nicolas Sarkozy comme le bouclier fiscal, les heures supplémentaires détaxées, les abattements pour successions, la TVA restauration à 5,5% ou même l’âge légal de départ à la retraite qui sera rétabli à 60 ans. Enfin, les socialistes optent pour une réforme fiscale : l’impôt sur le revenu serait prélevé à la source et fusionné avec la CSG. De la sorte, observent Les Echos, la plupart des niches fiscales disparaîtront.

Les dégâts du Distilbène® en héritage
Selon une nouvelle étude présentée hier et rapportée par Le Parisien/Aujourd’hui (page 16), le Distilbène® serait encore nuisible plusieurs décennies après son interdiction en 1977.

Prescrite à grande échelle entre 1950 et 1970 afin d’éviter les fausses couches, cette hormone de synthèse avait entraîné sur les mères des malformations de l’utérus, rappelle le quotidien. A leur tour, leurs filles ont eu parfois "des malformations des trompes et des cancers du col de l’utérus et leurs fils des malformations des testicules".

Et ce n’est pas fini. En effet, cette étude menée par le Pr Charles Sultan du CHU de Montpellier, montre que "les petits garçons dont la grand-mère maternelle a pris du Distilbène® pendant sa grossesse ont cinquante fois plus de risque d’avoir des problèmes de malformation du pénis que les autres".
Frédéric Lavignette