La feuille de route du gouvernement

Jean-Marc Ayrault a appelé hier, lors du premier Conseil des ministres de l’année, à la mobilisation pour la "très grande bataille" pour l’emploi, laquelle exigera à la fois "constance, courage, lucidité, pédagogie, mais aussi cohérence et esprit collectif". Dans une tribune publiée dans Le Monde (page 14), le Premier ministre détaille son concept de "nouveau modèle français".

"Soyons clairvoyants pour identifier les causes de nos difficultés et de nos succès, et soyons audacieux pour procéder aux réformes nécessaires : c’est ainsi que nous rendrons notre modèle économique et social plus compétitif et plus solidaire et que nous assurerons l’avenir de notre jeunesse", écrit notamment le chef du gouvernement.

"Dans le domaine de la santé, poursuit-il, nous rendrons à l’hôpital public les moyens d’accomplir ses missions fondamentales, tout en l’insérant dans un véritable parcours de soins, ce qui implique de lutter contre les déserts médicaux." Pour Jean-Marc Ayrault, "il est indispensable de mieux prendre en charge la dépendance, tout comme d’assurer l’équilibre à long terme de notre système de retraites".

Le Premier ministre a présenté hier une feuille de route particulièrement dense pour les six mois à venir. Ainsi, le Haut Conseil sur le financement de la protection sociale devrait remettre le résultat de ses travaux "à partir du printemps", rapporte Le Monde (page 3). Aucune date précise n’a également été fixée sur le lancement d’une "stratégie nationale de santé", qui doit notamment lutter contre les déserts médicaux, soulignent Les Echos (page 2).

Le quotidien économique ajoute qu’un "comité interministériel du handicap" se réunira "au premier semestre" pour arrêter "les priorités" dans ce domaine. Mais pas de calendrier n’a, pour l’heure, été retenu concernant la future "loi d’adaptation de la société au vieillissement", souligne Le Monde (page 3). Les mesures consacrées à la fin de vie, basées sur le rapport du Pr Didier Sicard, seront proposées en mai et un projet de loi sera présenté avant fin juin.

Contraception : les critiques du Planning familial
"Des médecins, poussés par la pression marketing des laboratoires, n’ont semble-t-il pas écouté les recommandations et ont prescrit à tour de bras ces pilules [de 3e génération] en première intention", dénonce Véronique Séhier, membre du bureau national du Planning familial, dans un entretien publié dans L’Humanité (page 9). "L’information et la formation des médecins doivent être indépendantes des labos", estime Véronique Séhier, qui qualifie d’"ambiguë" la décision du ministère de la Santé de dérembourser les pilules de 2e et de 3e génération.

"Pourquoi ne pas retirer du marché ces pilules, si elles sont jugées peu différentes des anciennes générations et plus lourdes pour la santé ?", interroge-t-elle. "Il y a de quoi faire paniquer les femmes, qui, le plus souvent, ne savent pas qu’elles utilisent une pilule de 2e ou de 3e génération", juge cette responsable du Planning familial.

John Sutton