croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Grippe A : l’effort des complémentaires

Face à l'épidémie de la grippe A/H1N1, les mutuelles sont prêtes à prendre toute leur place. Dès fin juillet, le président de la Mutualité Française, Jean-Pierre Davant, avait proposé à la ministre de la Santé d'intégrer les centres de santé à la campagne de vaccination. Les complémentaires santé acceptent aujourd'hui de participer au financement des vaccins utilisés.

Comme l'indique Le Parisien/Aujourd'hui (page 9), l'ensemble des complémentaires santé devrait "mettre sur la table entre 270 millions d'euros et 300 millions". Cette contribution devrait être "rendue officielle" jeudi prochain lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Mais pour l'heure, poursuit le quotidien, les "arbitrages ne sont pas encore réalisés".

Comme l'indiquent Les Echos (page 29) "le principe de la contribution des mutuelles, assurances et institutions de prévoyance à hauteur du ticket modérateur a été acté mi-septembre par la ministre de la Santé". Mais comme il s'agit d'une vaccination gratuite, "des mesures spécifiques" doivent être mises en place "pour organiser leur participation à la dépense".

Les complémentaires, précise le quotidien économique, "ont fait passer le message “qu'elles étaient d'accord” pour prendre en charge le ticket modérateur (35%) de leurs ressortissants". Dans un deuxième temps, la répartition financière entre les différentes familles se ferait sur la base de leurs poids respectifs, tel qu'il est établi par le Fonds de financement de la couverture maladie universelle (CMU).

Contraception : une pilule pour le surlendemain
Comparé à la pilule du lendemain commercialisée sous le nom de Norvelo®, le contraceptif d'urgence EllaOne®, qui sera disponible jeudi, semble constituer "un vrai progrès", relève Le Parisien/Aujourd'hui (page 11). Toutes les deux fabriquées par le même laboratoire, le Français HRA Pharma, ces pilules se distinguent par leur efficacité. Selon Libération (page 23), EllaOne® "permet de réparer les accidents de capotes et oublis de contraception dans un délai de cinq jours", alors que Norvelo® "ne pouvait être prise que dans les 72 heures suivant le rapport sexuel". La nouvelle pilule devrait faire diminuer le nombre annuel d'avortements. Chaque année, 200.000 interruptions volontaires de grossesse sont recensées, dont 12.000 chez les mineures.

L'enthousiasme suscité par ces nouvelles dispositions contraceptives doit être tempéré par un "double bémol", note ce quotidien. En effet, EllaOne® sera délivrée "sur ordonnance uniquement, du moins dans l'immédiat. Et au prix non réglementé et non remboursable de 30 euros". De son côté, Norvelo® est disponible sans ordonnance et gratuitement pour les jeunes filles mineures, précise Le Parisien/Aujourd'hui. Le Planning familial plaide pour la nouvelle pilule contraceptive puisse être délivrée dans les mêmes conditions que le Norvelo®. De leur côté, les infirmières scolaires demandent "l'autorisation de délivrer la nouvelle pilule", indique Libération.

Frédéric Lavignette