croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Femmes et tabac : les cancers du poumon multipliés par 4 en 15 ans !

La Journée mondiale sans tabac se tient le 31 mai sur le thème des femmes et du tabac. Cette manifestation tire la sonnette d’alarme sur l’augmentation du tabagisme dans la population féminine dans le monde. En France, l’incidence du cancer du poumon a quadruplé chez les femmes de 40 ans.

"Tabac et appartenance sexuelle : la question du marketing auprès des femmes." C’est le thème de la journée mondiale sans tabac, organisée le 31 mai. Dans le cadre de cette manifestation, un colloque intitulé "Femmes et tabac" s'est tenu le 25 mai, à l'initiative du ministère de la Santé, de la Mutuelle nationale des hospitaliers et des professionnels de la santé et du social (MNH) et de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT).

Les nombreuses actions de prévention menées au cours des dernières années ont globalement porté leurs fruits. En France, la consommation de tabac, chez les femmes comme chez les hommes, notamment les jeunes, a diminué. Principales causes : l’interdiction de fumer dans les lieux publics et la hausse régulière du prix de vente des cigarettes.

Mais ces progrès ne doivent pas masquer une sombre réalité : la mortalité féminine liée au tabagisme s’accroît depuis les années 1990. "La mortalité par cancer du poumon a été multipliée par 4 en quinze ans chez les femmes de 40 ans", alerte la Dre Anne Borgne, présidente du Réseau de prévention des addictions (Respadd) rappelant les derniers chiffres publiés par l’Institut de veille sanitaire (InVS).

7% d’adolescentes fument dans le monde
Les données du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) montrent que la mortalité des femmes âgées de 35 à 44 ans résulte de leur forte exposition au tabac au cours des 20 à 25 dernières années. Ces personnes qui ont commencé à fumer entre 15 et 20 ans paient donc un lourd tribut à leurs comportements à risque.

Pour ces raisons, la consommation actuelle des adolescentes inquiète les experts. "La précocité de l’entrée dans le tabagisme des filles rattrape vite celle des garçons", constate François Beck, responsable du département des sciences, attitudes et comportements de santé à l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). D’ailleurs, "dans de nombreux pays d’Europe, la prévalence du tabac à 16 ans est plus élevée chez les filles que chez les garçons".

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’alarme de l’augmentation de la consommation de tabac chez les jeunes filles. Même si 7% des adolescentes fument contre 12% des adolescents, selon les données recueillies dans 151 pays, "la mortalité féminine liée au tabac augmentera au cours des prochaines décennies", observe la Dre Annie Sasco, chercheuse à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). "En 2025, on comptera dans le monde 20% de femmes fumeuses", précise-t-elle.

En France, comme dans les autres pays européens ou aux Etats-Unis, le développement du tabagisme chez les femmes est lié à l’industrie du tabac et aux actions de marketing ciblant cette population. Au cours du XXe siècle, la publicité a multiplié les moyens pour inciter les femmes à fumer en s’adressant d’abord aux milieux les plus aisés. L’objectif était de développer le tabac auprès d’elles dans un marché jusqu’alors essentiellement masculin.

Les stratégies marketing pour séduire les femmes
Dans les années 1920 et 1930, aux Etats-Unis, le marketing joue la stratégie de la séduction en faisant appel à des actrices de cinéma ou à des mannequins. Des slogans avancent aussi l’argument de la minceur ! "Prenez une Lucky plutôt qu’une sucrerie", vante une pub pour la marque Lucky Strike®… Après la Seconde guerre mondiale, le registre utilisé pour conquérir le marché féminin est celui de l’égalité avec les hommes. Ainsi, fumer devient synonyme de liberté et d’émancipation.

"Les campagnes ont aussi tenté de rassurer les femmes sur leur santé, sujet pour lequel elles sont plus sensibles que les hommes", explique Karine Gallopel-Morvan, maître de conférence en marketing social à l’université de Rennes 1 (Ille-et-Vilaine). A titre d’exemple, des publicités affirment que le tabac protège contre la toux ! A partir des années 1960, les fabricants lancent des produits "slim", des cigarettes plus légères et plus élégantes. Dans le même esprit apparaîtront plus tard les cigarettes "light" et parfumées au goût mentholé ou de fleur.

Christophe de La Mure