croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Faux médicaments sur Internet : des contrefaçons dangereuses pour la santé

Plus de la moitié des médicaments vendus sur Internet sont des contrefaçons, signale l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans son édition du 20 novembre, Le Figaro met en garde contre ces produits, qui peuvent être dangereux pour la santé.

Médicaments antiviraux, contre les troubles érectiles, préparations amincissantes qui contiennent des coupe-faim, produits dopants : Le Figaro du 20 novembre s'arrête sur les dangers des médicaments vendus sur Internet. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de la moitié des produits commercialisés dans les pharmacies virtuelles sont des contrefaçons. Les consommer "représente un réel danger pour la santé".

Le quotidien rend compte d'une enquête inédite menée par Interpol en partenariat avec l'OMS depuis 16 novembre dernier. "Les services de police et les autorités sanitaires de 24 pays ont recensé quelque 800 sites illégaux", signale Le Figaro. "Certains ont été aussitôt fermés. Près de 1.000 paquets et 160.000 pilules ont été saisis".

125 sites français proposent de faux médicaments
En France, les gendarmes, policiers et douaniers spécialisés dans la traque sur le Net ont ciblé "une trentaine de médicaments", souligne le quotidien. Ils ont repéré "125 sites" qui proposent des produits falsifiés.

Le Figaro cite le colonel Thierry Bourret, chef de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), qui a coordonné l'enquête : "La grande majorité de ces officines en ligne étaient enregistrées sous de fausses adresses ou étaient hébergées à l'étranger."

Pour le moment, six individus ont été interpellés et placés en garde à vue. "Chez eux, les gendarmes ont saisi des psychotropes, des anabolisants stéroïdiens, des anxiolytiques et d'autres produits de santé falsifiés", précise le quotidien.

Le Figaro rapporte également les mises en garde de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), qui alerte sur le nombre de consultations aux urgences pour poussée de tension, crise de tachycardie ou hypersudation, suite à la prise de faux médicaments. Le quotidien rappelle le décès d'une jeune femme en 2008 après la prise d'un complément alimentaire falsifié.

Ghislaine Trabacchi