croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Etienne Caniard : « Nous voulons une réforme structurante »

Dans un long entretien publié par l'hebdomadaire Espace social européen (pages 4 à 6), paru vendredi, le président de la Mutualité Française demande la remise à plat de plusieurs questions vitales pour les mu­tuelles : le déficit de l'assurance maladie, la désorganisation du parcours de soins, les dépassements d'honoraires, les restes à charge…

"Nous regrettons les tendances lourdes du système, tout autant que les méfaits des réformes ponctuelles." Pour Etienne Caniard, "il est urgent de revenir sur ces tendances", que sont la désorganisation du parcours de soins, qui aboutit à un système hospitalo-centré, et la montée des dépassements tarifaires et des restes à charge pour les patients. "Il faut créer les conditions d'un retour à l'opposabilité des tarifs", notamment par "l'annulation du secteur optionnel", estime-t-il.

Concernant l'accès aux mutuelles, Etienne Caniard constate que "les contraintes économiques et sociales poussent les personnes à choisir des garanties moins portées sur la prévention, les soins de premiers recours". "Cela contribue au poids excessif de l'hôpital", ajoute-t-il.

Pour y remédier, le président de la Mutualité propose de "revoir les dis­positifs avec effets de seuil comme la CMU-C, l'ACS, leur financement, et éventuellement aller plus loin pour inciter les personnes à souscrire des contrats complémentaires via un crédit d'impôt". Il observe que "trois populations éprouvent de grandes difficultés" pour se soigner : "Les jeunes, les personnes en rupture professionnelle ou familiale et les retraités."

Faut-il revoir les aides publiques à la mutualisation ? "Il faut recréer un cadre général cohérent et solidaire. L'écart de fiscalité doit être significatif entre les contrats responsables et les autres", répond Etienne Caniard. "La convergence des règles entre contrats individuels et collectifs en tenant compte des spécificités de chaque type de contrat devra être recherchée", estime-t-il. "Nous voulons une réforme structurante respectant des objectifs d'intérêt général", ajoute-t-il.

Les candidats à l'élection présiden­tielle sont-ils sensibles à toutes ces questions ? "Les annonces des candidats restent assez générales. Mais j'espère que nous avons réussi à les sensibiliser sur le problème de l'accès aux soins, le besoin d'une remise à plat de la situation des complémentaires santé et leur articulation avec le régime obligatoire", répond le président de la Mutualité.

La Tribune de l'assurance (avril) lui pose la même question. "Nous avons reçu beaucoup d'engagements de principe, mais peu de propositions concrètes de la part des candidats à la présidentielle, constate Etienne Caniard. Le plus souvent, les élus de terrain maîtrisent mieux ces questions du fait de leur proximité avec la population.

Mediator® : testé comme coupe-faim par Servier
Des essais cliniques, retrouvés lors de perquisitions au siège du laboratoire Servier, montrent que le Mediator® a été testé sur des êtres humains comme coupe-faim, selon Le Journal du dimanche (page 18). Des révélations qui n'arrangent pas les affaires de Servier à quelques semaines du procès qui s'ouvrira le 14 mai au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine)

L'hebdomadaire cite à l'appui de ses informations des extraits de trois rapports médicaux réalisés entre 1968 et 1973. "Le 780 SE [ou Mediator®] peut être considéré comme un anorexique des plus satisfaisants et mérite d'être retenu comme adjuvant des plus précieux dans le traitement de l'obésité", indique l'un de ces documents, rédigé en septembre 1971, après des essais sur 64 personnes obèses.

"Grâce à cet anorexique, nous avons pu réaliser des cures d'amaigrissement avec 62,5% d'excellents résultats", observait le Dr Plauchu sur 35 malades en cure d'amaigrissement. "L'introduction de ce produit nous paraît un progrès certain dans la thérapeutique de l'obé­sité", concluait, le 1er mars 1973, le Pr Jean Vague, après une expérimentation sur 31 sujets obèses. Le laboratoire Servier a réagi, dès hier, en démentant avoir jamais caché ces tests, rapportent Les Echos (page 17). Selon Servier, "c'est justement l'analyse des essais dans leur globalité qui n'a pas permis de conclure à l'activité anorexigène chez l'homme".

A la radio
Le directeur général de la Mutualité Française, Jean-Martin Cohen Solal, débattra du coût des soins dentaires demain, sur France Inter, dans l'émission "Service Public", de 10 heures à 10 h 50. Les autres invités sont Roland L'Herron, président de la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), Caroline Bournay, fondatrice de l'agence Smile Partner, spécialisée dans le tourisme dentaire. Un dentiste de Budapest sera joint au téléphone pour évoquer cette forme de tourisme.
John Sutton