croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Enquête de la FHF : les Français inquiets pour leurs hôpitaux

La Fédération hospitalière de France (FHF) devrait très prochainement faire part de ses propositions pour améliorer l'égalité d'accès aux soins, annonce Le Parisien/Aujourd'hui (page 8), à l'heure où les Français sont de plus en plus "inquiets pour leurs hôpitaux", comme en témoigne le sondage que vient de réaliser la FHF.

D'après cette enquête, l'hôpital amé­liore sa bonne image auprès des Français puisque 86% d'entre eux s'en disent satisfaits, soit 6% de plus qu'en 2010. Dans le détail et au plus haut niveau de satisfaction, se situent les services de chirurgie (91%), suivis par la qualité des soins en général (90%) et par les services en maternité (88%).

La modernité des équipements arrive en 4e place (85%), soit une progression de 3 points par rapport au précédent sondage. Cependant, il ne s'agit pas de la plus forte amélioration. La disponibilité du personnel soignant et la transpa­rence de l'information donnée au patient et sa famille – respectivement à la 31e et 33e place de ce classement – ont en effet progressé de 6% depuis 2010.

Toutefois, "73% des personnes interrogées considèrent que les moyens humains et techniques alloués à l'hôpital sont insuffisants", voire très insuffisants pour un sondé sur quatre, rapporte Le Parisien/Aujourd'hui. Les taux d'insatisfaction sont également assez élevés et en hausse concernant la prise en charge des personnes âgées (43% des personnes sont mécontentes), les services des urgences (45%) ou les délais d'accès aux soins (45%).

De façon globale, il ressort de cette enquête que 55% des Français s'inquiètent de "la façon dont évolue l'hôpital". Reste à connaître les mesures qui sont censées en améliorer le fonctionnement. Pour l'heure, signale Le Parisien/Aujourd'hui, la FHF pourrait faire plusieurs propositions pour remédier aux déserts médicaux. L'une d'elles consiste à "confier certains actes à des infirmiers ayant reçu une formation complémentaire". Une autre vise à "créer des maisons médicalisées, placées sous la responsabilité d'hôpitaux publics, dans les zones désertées par les praticiens". Cette idée semble séduire 90% des personnes interrogées, alors que 69% sont sensibles à la première.

Le RSI bientôt en chantier
La caisse de Sécurité sociale des artisans, des commerçants et des professions libérales a signé avec l'Etat une convention d'objectifs et de gestion (Cog) pour la période 2012-2015. Comme l'indiquent Les Echos (page 5), cet accord a pour but de "mettre un point final aux dysfonctionnements" du régime social des indépendants (RSI) tout en réduisant son budget de 3% d'ici à 2015.

Depuis quatre ans, ce régime souffre d'un mauvais fonctionnement, notamment depuis la mise en place d'un interlocuteur unique, déplore Stéphane Seiller, son directeur. "Sur le papier, il devait simplifier les démarches pour les assurés", explique le quotidien. Sur le terrain, c'est tout le contraire qui s'est passé, surtout du point de vue informatique. Au lieu de faciliter le recouvrement des cotisations et le versement des prestations (retraite, famille, maladie) aux 2,5 millions d'indépendants et à leurs ayants-droit, le dispositif a été la source de nombreuses erreurs "parfois extrêmement pénalisantes pour les assurés".

Le RSI entend donc améliorer le recouvrement de ses cotisations, en particulier en faisant passer le taux de reste à recouvrer de 10% aujourd'hui à 5,5% en 2015. Dans les deux prochaines années, un nouveau système informatique sera déployé pour mettre un terme à l'interlocuteur unique, conjointement avec l'Urssaf.
Pour ce qui est des effectifs et du budget de fonctionnement, les premiers seront maintenus aux 5 500 personnes actuelles, tandis que le second sera abaissé, passant de 800 millions d'euros en 2011 à 775 millions en 2015.
Frédéric Lavignette