croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Diversité : réduire les inégalités sociales

La "discrimination positive", tant vantée dans le passé par Nicolas Sarkozy, laisse la place au "volontarisme républicain" et à la promotion au mérite. Le chef de l'Etat a prononcé hier un discours sur la diversité devant les élèves de l'Ecole polytechnique. A cette occasion, le chef de l'Etat a marqué "sa volonté d'ouvrir les élites françaises à de nouveaux profils", mais non plus "en recourant à des critères ethniques ou religieux", rapportent Les Echos (page 2).

Pour lui, en effet, valoriser de tels critères risquerait de "dresser les unes contre les autres des communautés rivales". Les mesures dévoilées par le président visent donc plutôt à réduire les inégalités sociales, rapporte Libération (page 13). En procédant ainsi, estime le quotidien, "il espère s'éviter les accusations de favoriser le communautarisme tout en privant d'arguments ceux qui lui reprocheraient de pénaliser les Français de souche".

Désormais, les classes préparatoires et les grandes écoles "devront recueillir 30% de boursiers dès la rentrée 2010", indique Le Parisien/Aujourd'hui (page 4). Jacques Chirac en avait déjà fait la promesse. Du côté de l'emploi, Nicolas Sarkozy demande à 100 grandes entreprises d'expérimenter, dès 2009, le CV anonyme. "En optant pour une simple expérimentation, il suit l'avis émis par les partenaires sociaux en 2006, dans le cadre de l'accord sur la diversité en entreprise", précisent Les Echos.

Par ailleurs, le gouvernement va examiner la possibilité de "conditionner" l'attribution des marchés publics à "la mise en oeuvre par les entreprises d'actions favorables à la diversité", signale La Croix (page 9). D'ailleurs, pour elles et les administrations de la Fonction publique qui recruteront des "jeunes de conditions modestes", un "label diversité" sera lancé dès 2009, annonce Libération.

Les chaînes de télévision et le Conseil supérieur de l'audiovisuel devront signer des conventions afin d'améliorer cette diversité. Enfin, conclut Libération, les partis politiques, "cancres de la diversité", pourraient voir leur financement "conditionné" en fonction des places éligibles accordées aux membres des minorités.

Pour mettre en oeuvre ce plan, le chef de l'Etat vient de nommer l'industriel Yazid Sabeg au poste de commissaire à la Diversité et à l'Egalité des chances. Il devra "mettre en musique" toutes ces propositions d'ici au mois de mars, rapporte La Tribune (page 4). D'origine berbère, indiquent Les Echos, Yazid Sabeg est favorable à la discrimination positive et se dit "fondamentalement français et fondamentalement maghrébin".

Le cinquième risque en janvier ?
Même si "rien n'est encore décidé" de façon officielle, le ministère du Travail et de la Solidarité est en train de terminer "une longue concertation" sur l'aide aux personnes âgées dépendantes. Son objectif, indiquent Les Echos (page 4) est de "mettre en place le cinquième risque de protection sociale, celui de la dépendance, à côté de la maladie, de la vieillesse, de la famille et des accidents du travail".

Un projet de loi devrait être élaboré pour le courant janvier pour être présenté en Conseil des ministres puis débattu au Parlement au premier semestre. Il réformera le système actuel de prise en charge des frais de séjour dans les maisons de retraite, "constitué d'une superposition d'aides diverses" : aide sociale pour les plus pauvres, allocation personnalisée d'autonomie (Apa), aides au logement (APL)...

Aussi, le gouvernement a décidé de remplacer tous ces dispositifs par une "nouvelle aide unique dégressive", établie en fonction des revenus. D'après Les Echos, cette allocation avantagerait une grande partie des classes moyennes, "mais d'autres verraient leur aide diminuer si les aides fiscales étaient réduites".

Frédéric Lavignette