Dépistage du cancer du col de l’utérus : des frottis réguliers sont indispensables

Le frottis est un examen simple et indolore qui permet de dépister précocement le cancer du col de l'utérus. Mais trop de femmes le négligent de peur d'avoir mal ou parce qu'elles ne se sentent pas concernées. La Haute Autorité de santé recommande des frottis réguliers à toutes les femmes de 25 à 65 ans.

"Plus de six jeunes femmes sur dix appréhendent de faire un frottis", selon une récente étude BVA Healthcare réalisée auprès de jeunes filles de 14 à 23 ans. Pourtant, ce geste simple de dépistage du cancer du col de l'utérus est rapide et indolore. "Frotter un col ne fait pas mal, ce qui n'est pas toujours vrai de la mise en place du spéculum, reconnaît le Pr Jean Levêque, gynécologue au centre hospitalier universitaire de Rennes. Certaines femmes ont peur de toute intrusion dans leur intimité."

Le frottis permet de détecter, à un stade précoce, des lésions précancéreuses qui ne s’accompagnent d’aucun symptôme. La fréquence des nouveaux cas de cancer du col de l'utérus a diminué de moitié en vingt ans grâce à cet examen de dépistage. "Mais ce chiffre stagne ces dernières années, constate le Pr Jean Levêque. Cette maladie touche encore 3.000 femmes chaque année et provoque 1.000 décès par an."

Plus de 40% des femmes ne sont pas dépistées
Pourquoi cette stagnation ? "Plus de 40% des femmes ne bénéficient pas du dépistage, répond le Pr Levêque. Soit parce qu’elles ne font pas du tout de frottis, soit parce qu’elles en font d’une façon trop irrégulière." Elles sont trop nombreuses à ne pas se sentir concernées par le cancer du col de l'utérus. S'y ajoutent des disparités sociales importantes : par rapport aux cadres et aux professions intermédiaires, il y a moins de frottis chez les ouvrières, les exploitantes agricoles, les artisans commerçants, les employées et les femmes sans profession.

Les deux premiers frottis doivent être faits à un an d'intervalle. S'ils sont négatifs, la Haute Autorité de santé (HAS) recommande ensuite de réaliser cet examen tous les trois ans. Le frottis concerne les femmes de 25 à 65 ans en métropole et celles 20 à 65 ans dans les départements d'outre-mer.

Des frottis répétés garantissent une grande protection
"La régularité est indispensable car la sensibilité du frottis n’est que de 70% : sur 100 lésions, cet examen n’en détecte que 70. Un seul examen ne permet donc pas d'exclure un risque cancéreux, mais plusieurs frottis normaux consécutifs garantissent une grande protection", explique le gynécologue.

La principale cause du cancer du col de l’utérus est une famille de virus appelés papillomavirus (HPV). Depuis deux ans, les jeunes filles ont la possibilité de se faire vacciner contre certains de ces virus. Mais le Gardasil® et le Cervarix®, qui sont les deux vaccins actuellement sur le marché, ne protègent pas contre la totalité des papillomavirus. La vaccination n’est pas donc pas suffisante pour se protéger. Vaccinée ou pas, le frottis régulier reste indispensable !

Emmanuelle Billon-Bernheim