Dépendance : garantir un « socle public puissant »

Les groupes d'experts sur la dépendance sollicités par la ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot, ont rendu leurs rapports le 21 juin. Ils préconisent le maintien d'un "socle public puissant" pour assurer la prise en charge des aînés. Ils souhaitent également la création d'un "guichet unique" pour les personnes dépendantes et les aidants.

La prise en charge de la dépendance doit reposer sur la solidarité nationale. C'est l'une des principales préconisations des groupes d'experts sollicités par la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot. Les quatre rapports sur la dépendance ont été remis à la ministre le 21 juin, à Paris. Ces travaux, auxquels ont participé les mutualistes, viennent alimenter le projet de réforme de la dépendance. Les premières orientations seront "présentées à la mi-juillet par le président de la République", a annoncé Roselyne bachelot.

"Nous sommes pour le maintien du dispositif actuel, qui repose sur un socle public puissant", appuie Bertrand Fragonard, président du Haut Conseil de la famille et modérateur du groupe "Stratégie pour la couverture de la dépendance des personnes âgées". Pour autant, les experts ne jugent pas suffisante la prise en charge actuelle et entendent "améliorer les aides et enrichir ce socle public", précise Bertrand Fragonard. Exemple : les plafonds de l'allocation personalisée d'autonomie (Apa) peuvent être relevés et les montants versés indexés sur les salaires.

Pour une garantie complémentaire facultative
Si les aides versées par l'Etat concernent en premier lieu les personnes aux revenus modestes, les ménages plus aisés pourraient, quant à eux, souscrire des garanties dépendance complémentaires et facultatives. En effet, plus les "revenus sont élevés et plus les aides publiques diminuent", explique Bertrand Fragonard, qui a mis en avant l'idée de proposer des "offres encadrées" et "normées" afin de "garantir la qualité" des prestations. Ces garanties dépendances pourraient être inclues "dans les contrats des complémentaires santé", a-t-il évoqué.

Mise en place d'un "guichet unique"
Autre axe prioritaire présenté par les rapporteurs : la création d'un "guichet unique". "Nous devons mettre fin au parcours du combattant des personnes dépendantes et des aidants", prône Roselyne Bachelot. Actuellement, "la prise en charge des personnes dépendantes est très éclatée", regrette Annick Morel, inspectrice générale des Affaires sociales et modératrice du groupe "Société et vieillissement". Ce groupe propose de coordonner l'ensemble des acteurs "autour de la personne âgée et de sa famille", avance Annick Morel.

Maintenir l'autonomie le plus longtemps possible
Pour Evelyne Ratte, conseillère maître à la Cours des comptes et modératrice du groupe "Accueil et accompagnement des personnes âgées", la future réforme doit reposer "sur le principe du libre choix de la personne âgée". "La majorité des personnes âgées souhaite rester le plus longtemps possible à domicile", explique-t-elle. "Les décisions qui seront prises doivent être structurées autour de ce principe."

Un maintien de l'autonomie qui repose en grande partie sur le cadre de vie, à domicile, mais également au niveau des communes. Nous devons nous efforcer de "repenser le vieillissement au niveau des politiques locales", estime Annick Morel. "Cela doit passer par l'aménagement des logements et des voies publiques." Un enjeux d'importance compte tenu que la France comptera "8,4 millions de personnes de plus de 80 ans en 2060, contre 3 millions aujourd'hui", rappellent les experts.

Philippe Rémond