croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Dépassements d’honoraires : négociations à la mi-juillet

La ministre de la Santé a réaffirmé dimanche sa volonté de "s’attaquer aux dépassements d’honoraires" et a confirmé l’ouverture de négociations sur ce sujet, dès la mi-juillet, dans un entretien accordé au site Internet de Corse-Matin. Evoquant sur France 3 des dépassements parfois "inconsidérés", voire même "de véritables abus", Marisol Touraine souhaite une négociation "pour maîtriser, encadrer, plafonner les dépassements d’honoraires".

La ministre a prévenu que "si les négociations n’aboutissaient pas", elle "prendrait des dispositions" à l’automne, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013, "qui permettront de plafonner les dépassements d’honoraires", rapporte le site lesechos.fr. Toujours sur les difficultés d’accès aux soins, Marisol Touraine propose, dans les colonnes de Corse Matin, de faciliter "l’accès au tiers-payant, c’est-à-dire que les patients n’aient pas à avancer de frais chez le généraliste".

Interrogée sur les déserts médicaux, la ministre de la Santé estime que contraindre les jeunes à s’installer dans ces zones n’est "pas la bonne démarche", note francesoir.fr. "S’il n’y a pas assez de médecins dans les zones rurales ou dans certains quartiers difficiles, ce n’est pas la faute des jeunes médecins. Pourquoi faudrait-il que ce soit les plus jeunes qui paient pour les dysfonctionnements de notre système, qui a été laissé à la dérive ces dernières années", s’interroge-t-elle. "L’objectif est de garantir à tous les Français de pouvoir se soigner et trouver un professionnel de santé à proximité", rappelle la ministre.

Dépendance : 1,5 million de Français couverts par une assurance
"Enterrée par Nicolas Sarkozy, la ré­forme du financement de la dépendance attend toujours", constate Le Figaro-économie (page 29). A la mi-mai, Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, a rappelé l’engagement de François Hollande "de relever le plafond des aides de l’Etat pour la grande dépendance". "Nous ferons cet effort, mais je ne peux pas dire aujourd’hui quand, comment, ni combien", a déclaré la ministre.

"La dépendance est devenue un véritable sujet de préoccupations, qui monte de manière importante. Nous le constatons tous les jours auprès de nos adhérents", témoigne dans Le Figaro-économie, Thierry Beaudet, président de la MGEN, qui a inclus une prestation dépendance dans ses contrats santé généralistes.

"Les particuliers se tournent vers le privé", assure de son côté, Lucie Taleyson, directeur technique et marketing d’Axa solutions collectives. Selon elle, "en 2011, le marché a crû de 8 %. La montée concerne aussi bien des contrats individuels que collectifs". La FFSA évalue à 1,5 million le nombre de Français couverts actuellement par une assurance dépendance. Une étude du cabinet de conseil Exton Consulting montre à ce sujet que "ce ne sont pas forcément les personnes les plus exposées à la dépendance, comme les aidants, qui souscrivent en priorité".

Les mutuelles réduisent le coût de l'hospitalisation
Le conventionnement hospitalier mutualiste permet de faire baisser le prix des suppléments pour chambres particulières, indique leparisien.fr. Initiée au congrès de Bordeaux, et lancée en septembre dernier, cette démarche "va concerner 80 % des adhérents des mutuelles et leurs familles, soit environ 30 millions de personnes", précise le directeur général de la Mutualité Française, Jean-Martin Cohen Solal.

L’augmentation des prix pratiqués par les hôpitaux et les cliniques alourdit considérablement la facture des mutuelles. Désormais, relève Jean-Martin Cohen Solal, "l’hospitalisation est le poste de dépenses qui augmente le plus vite. Si l’on additionne le forfait hospitalier de 18 euros et le prix moyen de 42 euros d’une chambre particulière, un patient doit débourser 300 euros pour un séjour de cinq jours s’il n’a pas de mutuelle". A ce jour, plus de 60 % des établissements ont signé des baisses de tarifs avec les mutuelles dans trois régions, 40 % dans deux régions et 30 % dans six régions. "On est arrivé à faire baisser les tarifs de 10 %", se réjouit-il.

John Sutton et Jean-Michel Molins