croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

DMP : erreurs de pilotage

Dans un rapport inédit sur "le coût du dossier médical personnel" que s'est procuré Le Monde, la Cour des comptes critique la défaillance de stratégie et l'absence de pilotage de la part de l'Etat, le manque d'une évaluation rigoureuse de son utilité et l'insuffisance grave de suivi financier. Selon Le Monde (page 22), elle estime que le DMP a déjà coûté au moins 210 millions d'euros de 2005 à 2011. En ajoutant le coût des dossiers informatisés des patients dans les hôpitaux, la facture atteindrait un demi-milliard d'euros !

Les sages pointent notamment "l'absence de suivi de ces dépenses par l'assurance maladie" et rappellent "la multiplication d'expérimentations sans lendemain jusqu'en 2008". L'ancien ministre de la Santé, Xavier Bertrand, regrettait d'avoir laissé construire "une cathédrale", rappelle le quotidien. Marisol Touraine, qui lui a succédé, avait déclaré en janvier que le projet actuel ne fonctionnait pas.

De son côté, Gérard Bapt, député socialiste de Haute-Garonne et spécialiste des questions de santé, dénonce les retards et les gaspillages du projet. Il rappelle que l'objectif était la création de 500 000 DMP fin 2011. Nous sommes loin du compte avec seulement 158.000 DMP ouverts en juin dernier. Pour lui, "le DMP ne fonctionne pas tel quel, il faut remettre les choses à plat, écouter les acteurs de terrain, tirer les enseignements des systèmes régionaux qui fonctionnent, comme en Rhône-Alpes, avec le dossier informatisé du patient".

"Il est temps que l'Etat définisse enfin, dans une concertation étroite avec tous les acteurs, une stratégie d'ensemble pour intégrer le DMP dans une vision globale de l'organisation du dispositif de soins et des systèmes d'information en santé", recommande pour sa part le rapport de la Cour des comptes dans sa conclusion. "Tel qu'il existe aujourd'hui, il [le DMP] n'est pas utilisé et il n'apparaît pas utile dans notre pratique professionnelle au quotidien", juge le Dr Claude Leicher, président du syndicat de généralistes MG-France.

"Je souhaiterais que ce rapport soit rendu public. Il est nécessaire de donner du sens au projet", estime pour sa part Jean-Yves Robin, directeur général de l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip-Santé).
Le décret définissant le champ et le contenu du DMP n'est toujours pas paru, souligne Le Monde. Or, fait remarquer Le Monde, les patients en affection de longue durée (ALD) auraient pu constituer une catégorie prioritaire dans l'ouverture d'un DMP.

Ayrault veut "mener la bataille pour l'emploi"
Interrogé hier soir au journal de 20 heures de France 2, le Premier ministre a adopté une posture combative sur l'emploi, malgré l'annonce, peu de temps auparavant, d'un chiffre record du chômage en juillet. Il a jugé qu'il ne fallait pas "changer de braquet", mais "continuer" le travail engagé, citant le projet de loi sur les emplois d'avenir, qui sera présenté demain en Conseil des ministres, rapportent Les Echos (page 4).

Oui, les marges de manœuvre budgétaires sont faibles. Mais l'exécutif est au travail pour "colmater les brèches" et assurer, "par des réformes de structures", "le redressement", dont la France a besoin.

Jean-Marc Ayrault a toutefois ouvert la porte à une réduction de la prévision de croissance fixée jusqu'à maintenant à 1,2 %, mais jugée inatteignable par la plupart des économistes. "Il faudra peut-être réduire un peu" l'hypothèse de croissance sur laquelle sera bâti le budget 2013, a concédé le chef du gouvernement sur France 2. Il n'a pas chiffré cette future révision, mais il a promis un budget "honnête, sincère, réaliste et volontariste", tout en regardant "la réalité en face" et en admettant "une baisse de croissance partout", y compris en Allemagne.

John Sutton