Congrès de la Mutualité française : première réunion publique à Marseille

Le président de la Mutualité française a tenu le 13 mars, à Marseille, une première réunion publique, préparatoire au congrès de Bordeaux. Dans un contexte de crise économique et sociale, Jean-Pierre Davant a rappelé l'attachement de la Mutualité à la "Sécu", dont l'instauration a "permis aux Français d'accéder au système de santé".

Place au débat ! A moins de trois mois du congrès de Bordeaux, qui se déroulera du 4 au 6 juin, le président de la Mutualité française a tenu le 13 mars, à Marseille, une première réunion publique préparatoire à ce temps fort de la vie mutualiste. Plus de 200 personnes s’étaient donné rendez-vous dans l’hémicycle de la communauté urbaine.

Ces réunions s'inscrivent dans la démarche retenue par les mutuelles pour leur 39e congrès : partager la réflexion avec leurs adhérents et le grand public. Depuis le début février, elles invitent tous ceux qui le désirent à exprimer leur opinion sur le système de santé.

"Etre à l’avant-garde de la protection sociale"
Face à la crise, "il faut se demander comment agir pour préserver les intérêts fondamentaux de nos concitoyens", a prévenu le président de la Mutualité française. Pour Jean-Pierre Davant, il y a urgence, car "c’est tout le modèle social qui pourrait être remis en cause". Il a rappelé l’attachement de la Mutualité à la "Sécu", dont l’instauration a "permis aux Français d’accéder au système de santé".

"Le rôle de la Mutualité est d’être à l’avant-garde de la protection sociale, ce qui est le cas avec Priorité santé mutualiste, a souligné Tristan Benoist, administrateur de La Mutuelle des étudiants (LMDE). Elle doit se battre pour garantir un égal accès aux soins." Le service Priorité santé mutualiste sera ouvert dès le 2 avril au niveau national. Ce nouveau dispositif permet aux adhérents des mutuelles de trouver un établissement de soins performant ou des informations fiables sur la santé. Il propose également des programmes d'accompagnement personnalisés.

Valoriser les services de santé mutualistes
Avec la crise économique, l’accès aux soins, déjà compromis pour de nombreux citoyens, risque de se restreindre encore plus. "Tous les jours, les militants mutualistes rencontrent des gens qui sont en grande difficulté et qui n’ont pas accès à des soins de qualité. C’est cette situation qu’il faut changer !", a affirmé le président de la Mutualité française.

Les mutuelles disposent de sérieux atouts en matière d'offre de soins. Le mouvement mutualiste s'appuie sur un réseau de services de santé qui salarie 15.000 professionnels de santé. Ainsi, "il gère 103 établissements hospitaliers, ce qui représente 12% de l’offre privée non lucrative. La Mutualité anime également le 4e réseau d’opticien, le 4e groupe d’audioprothèse et dispose d’un réseau de 1.500 chirurgiens dentistes", a énuméré Jean-Pierre Davant. Le débat public va se poursuivre jusqu’au congrès. Prochaine réunion : le 30 avril à Bordeaux.

Jean-Michel Molins et Ghislaine Trabacchi