Conférence sociale : début de la concertation sur les retraites

"La concertation est lancée, les ministres, pendant tout le mois de juillet, vont recevoir les organisations pour entrer dans les détails", a déclaré Jean-Marc Ayrault à l'issue de la première journée de discussions sur la réforme des retraites. Le Premier ministre rencontrera à nouveau les partenaires sociaux "fin août", a-t-il annoncé, avant de présenter le projet du gouvernement "à la mi-septembre", précisent Les Echos (page 3). "Il y a des divergences de solutions, mais il y a une volonté d'avancer", a observé le chef du gouvernement.

Une majorité de Français (53%) se déclare "favorable à l'allongement de la durée de cotisation jusqu'à 43 ans, pour garantir le financement du système de retraite par répartition", selon un sondage de l'institut CSA pour le quotidien Les Echos et l'Institut Montaigne. Mais ce sont ceux qui seraient le moins touchés par la mesure qui la soutiennent le plus largement : les retraités et les jeunes de moins de 25 ans l'approuvent à 59%.

Les cadres approuvent aussi cette option à 62%, car ils sont "moins sensibles aux problématiques de la pénibilité du travail", souligne Bernard Sananès, président du CSA. En revanche, 56% des ouvriers sont opposés à l'allongement de la durée de cotisation.

"Le gouvernement ne dévoile pas ses pistes. Il nous écoute beaucoup, je n'ai pas le sentiment pour autant que nous soyons entendus", a estimé Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, cité dans Les Echos. "Si nécessaire, pour qu'il nous écoute encore mieux, on criera plus fort", a renchéri Jean-Claude Mailly (Force ouvrière), pour qui "la ligne rouge, c'est l'augmentation de la durée de cotisation" (Le Parisien/Aujourd'hui page 9). Les trois autres syndicats (CFDT, CFTC, CGC) se sont montrés plus ouverts à un allongement de la durée de cotisation, mais ont fixé des conditions, indique Le Figaro-économie (page 18). Il devra se faire progressivement, au rythme de l'allongement de l'espérance de vie, comme le prévoit la loi Fillon de 2003.

"La CFDT n'a cessé de dénoncer le sort des salariés exposés à la pénibilité, les écarts de pension entre les hommes et les femmes, ou encore la pénalisation des salariés qui ont connu le chômage ou la précarité", a, pour sa part, rappelé son secrétaire général Laurent Berger. "L'effort sera équitablement réparti et traitera des questions de l'égalité hommes/femmes, des jeunes qui entrent tard sur le marché du travail et de la pénibilité", a promis le Premier ministre.

De son côté, le tout nouveau président du Medef, Pierre Gattaz, ne juge "pas possible", ni même "imaginable" une éventuelle hausse des cotisations sociales, une des pistes évoquées par le gouvernement pour combler le déficit des retraites, note Le Parisien/Aujourd'hui (page 9).

Mesures en faveur de l'industrie pharmaceutique
Le gouvernement annoncera aujourd'hui une quarantaine de mesures en faveur des industriels du médicament, révèle Le Figaro-économie (page 21). Pour favoriser la recherche clinique, "le forfait innovation, un dispositif déjà envisagé dans la loi HPST de 2009, pourrait être instauré pour prendre en charge, de façon temporaire, des produits de santé, tels que certains tests de diagnostics contre le cancer", dévoile Marc de Garidel, vice-président du Comité stratégique de filières des industries de santé (CSF).

Un groupe de travail sur l'accès de l'innovation au marché sera également lancé. Il aura pour objectif d'adapter les procédures d'évaluation et de prise en charge des médicaments et dispositifs innovants pour permettre leur accès aux patients.

Un autre groupe de travail se pen­chera sur les moyens de développer l'automédication, un secteur qui, selon le patron d'un laboratoire pharmaceutique, pourrait permettre à la Sécurité sociale de réaliser jusqu'à 1,5 milliard d'euros d'économies. Les industriels du médicament se frottent les mains, note le quotidien économique. Enfin, les pouvoirs publics et les laboratoires signeront, la semaine prochaine, une charte sur la contrefaçon des médicaments. Les fabricants indiqueront sur les boîtes ou sur leurs sites Internet les lieux de production des principes actifs et des différents éléments qui composent les médicaments.

John Sutton