croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Climat de défiance autour de la réforme des retraites

"Retraites : les doutes des Français", titre la "une" du Monde. "Le gouvernement est prévenu : il engage la réforme des retraites et le resserrement des dépenses publiques dans un climat de grande suspicion", commente le quotidien du soir (page 13), au vu des résultats d’un sondage TNS-Sofres-Publicis consultants pour Le Monde-Europe 1 et I-télé sur le moral économique des Français. Ainsi, 77% d’entre eux ne s’attendent pas à une amélioration de la situation économique. Pire encore pour le gouvernement : 85% des sondés ne croient pas que la situation des retraites va s’améliorer, contre 12% qui se montrent confiants.

De leur côté, les syndicats et l’opposition ont multiplié les piques hier contre le document d’orientation qui trace les contours de la réforme des retraites. "Les centrales reconnaissent quelques gestes du gouvernement, mais estiment le texte loin d’être bouclé financièrement par le nouveau prélèvement" sur les hauts revenus et les revenus du capital, résume Le Figaro-économie (page 22).

"Ebrécher le bouclier fiscal, à défaut de le supprimer, c’est une bonne chose", estime Jean-Louis Malys de la CFDT. "Sur la pénibilité, les polypensionnés, le financement, on retrouve les questions que nous avons posées. Mais sans les réponses", poursuit-il dans Le Figaro-économie. Eric Aubin, de la CGT, dénonce "un texte qu’aurait pu signer le Medef". La Tribune (page 6) estime que "l’exécutif espère avoir créé une brèche dans l’unité syndicale entre la CGT et la CFDT, une semaine avant la manifestation du 27 mai" contre la réforme des retraites.

"Taxes pour les retraites : les premières pistes", titrent Les Echos, qui estiment que la taxation des revenus du capital et des hauts revenus "va susciter d’intenses travaux techniques". Le quotidien économique énumère les pistes envisagées : création d’une nouvelle contribution sociale sur les revenus du capital, hausse du prélèvement fiscal libératoire, taxation de certains revenus du capital des entreprises.

"Je suis d’accord pour faire payer les entreprises et les hauts revenus", confirme le ministre du Travail, interrogé par un panel de lecteurs du Parisien/Aujourd’hui (pages 1 à 3). "Nous préciserons le moment venu ce que nous entendons par hauts revenus, mais sachez que les classes moyennes seront épargnées (...). Cela se fera en dehors du bouclier fiscal", assure-t-il.

"Ainsi le bouclier fiscal, destiné à rassurer les fortunes, est-il percé d’une première flèche : on mettra les plus riches à contribution pour les retraites", constate Laurent Joffrin dans l’éditorial de Libération (page 2). "Il est vrai que son efficacité, tant vantée, est nulle en fait. (...) Il en faudrait beaucoup plus pour faire revenir en France les émigrés de l’argent", ajoute le directeur de la rédaction de Libération.

Portables : pas de risque, mais...
Le téléphone portable est-il à l’origine de cancers du cerveau ? L’étude internatio­nale Interphone, portant sur une éventuelle relation entre son utilisation pendant dix ans et les tumeurs du cerveau chez 6 500 personnes dans treize pays, parait enfin aujourd’hui dans l’International Journal of Epidemiology, annonce Le Figaro (page 13). Elle "ne met pas en évidence un risque accru, mais on ne peut conclure qu’il n’y a pas de risque, car il y a suffisamment de résultats qui suggèrent un risque possible, d’autant qu’aujourd’hui, on utilise beaucoup plus le portable", qu’au moment où l’enquête a été effectuée, affirme la Pre Elisabeth Cardis, principale coordinatrice de l’étude.

Elle rappelle qu’Interphone ne couvre pas l’utilisation du portable chez les jeunes, alors qu’ils "l’utilisent plus longtemps et sont plus sensibles à des pathologies induites par les facteurs environnementaux". Mêmes précautions de la part de Gérard Lasfargues, directeur général adjoint scientifique de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), qui estime qu’"on ne peut pas du tout éliminer un risque au vu de cette étude", dont "le niveau de preuve est insuffisant", rap­porte Le Parisien/Aujourd’hui (page 10). Ces experts conseillent d’appliquer le principe de précaution en évitant de donner un portable aux enfants, en utilisant une oreil­lette ou en préférant les textos aux appels téléphoniques.

John Sutton