croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Cancer : débat sur la sortie des ALD

Les députés ont approuvé hier le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2010, marqué par un déficit record de 30,6 milliards d'euros, souligne Le Figaro-économie (page 22). Le texte a été voté par 316 voix (UMP, Nouveau centre) contre 218 (PS, PCF, PRG et Verts). L'article 29 du PLFSS, passé quasi inaperçu, prévoit que cinq ans après le début de sa prise en charge le malade du cancer sorte du régime des affections de longue durée (ALD), qui permet le remboursement à 100 % de son traitement, rapporte Le Monde (page 12).

Une proposition jugée "intéressante" par Nicolas Sarkozy, lors de la présentation de son plan cancer, lundi à Marseille. Selon le futur dispositif, seuls les malades encore en traitement ou présentant des séquelles continueraient à bénéficier du régime de l'ALD. Les autres en sortiraient au bout de cinq ans et ne se verraient rembourser à 100% que "les actes médicaux et examens biologiques nécessaires" pour prévenir une rechute.

Les conditions de la poursuite de la prise en charge doivent être fixées par un décret, après avis de la Haute Autorité de santé (HAS), qui propose de ne pas maintenir la prise en charge à 100% "pour les cancers dont le taux de guérison atteint 60%, au-delà de la durée initiale de cinq ans, et si l'assuré ne nécessite plus ni thérapeutique lourde ni prise en charge des séquelles". La HAS préconise une durée d'exonération de deux ans pour certaines ALD et de cinq ans pour les autres. La ministre de la Santé a souhaité hier que les "malades guéris d'un cancer puissent sortir de la trappe à exclusion qu'est la classification en affection longue durée, mais nous voulons aussi leur permettre de suivre toujours, avec les dépistages pris en charge à 100%, une éventuelle rechute".

Les députés socialistes accusent le gouvernement de vouloir "organiser la sortie automatique, au bout de cinq ans, de certains cancers du régime des ALD". "Il faut faire la nuance entre guérison, quand il n'y a plus de risque de récidive, et rémission, lorsqu'il n'y a aucun signe, mais qu'il peut y en avoir un le lendemain, fait valoir dans Le Monde Michèle Delaunay (PS), députée de la Gironde et cancérologue. Or, au bout de cinq ans, beaucoup de patients sont encore en rémission." "Pour des raisons économiques, on prend le risque que des patients que l'on considère comme guéris délaissent leur suivi, et que des dépistages précoces de rechute n'aient pas lieu."

Dans L'Humanité (page 24), Michèle Delaunay précise que "seul un médecin connaissant parfaitement le type de cancer, les critères pronostiques initiaux à l'intérieur de ce type, peut décider du bien-fondé de la sortie du cadre des ALD". Le débat sur la sortie du régime des ALD ne fait que commencer. Le collectif interassociatif sur la santé (CISS) a écrit lundi aux parlementaires pour les alerter sur un autre risque: celui de l'extension à d'autres pathologies de la sortie du régime ALD.

Grippe A: les seniors risquent aussi des complications
Une enquête américaine publiée hier dans le Journal of American medical association (Jama) révèle que si les plus jeunes sont lourdement touchés par le virus A/H1N1, les plus de cinquante ans ne sont pas épargnés, puisque leur taux de décès est plus élevé que pour les autres tranches d'âge, indique Le Figaro (page 12). En résumé, les seniors sont moins souvent malades et hospitalisés que les plus jeunes, du fait d'une immunité antérieure, mais lorsqu'ils le sont, le risque de mourir de la grippe A est plus important. "Ce nouveau virus n'a pas encore livré tous ses secrets", souligne Le Figaro. On ne connaît pas encore clairement le taux de mortalité, même si le chiffre de 1 cas pour 10 000 malades est souvent avancé. Tous les facteurs augmentant le risque de complications n'ont pas été clairement identifiés. Mais selon cette enquête réalisée dans les hôpitaux californiens, les complications apparaissent en moyenne deux jours après le début de la grippe. Les symptômes en sont la toux, la fièvre et l'essoufflement. Quant au délai moyen entre le début des symptômes et le décès, dans les cas les plus aigus, il est d'environ douze jours.

John Sutton