croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Cancer colorectal : les vertus du dépistage à domicile

Le test Hemoccult II® permet de détecter à domicile le cancer colorectal. Il est proposé à tous les assurés sociaux âgés de 50 à 74 ans. Le Dr Jean-Marc Majeau le recommande même en l’absence de tout symptôme. Ce gastro-entérologue, qui exerce dans les Pyrénées-Orientales, a lui-même été opéré de cette maladie en septembre 2005. L'année suivante, il a entrepris un tour de France à vélo pour sensibiliser le public aux vertus du dépistage précoce.

Lorsqu'on mène une vie saine et sportive, est-il nécessaire de se faire dépister?
Dr Jean-Marc Majeau - Absolument ! Le dépistage généralisé sert précisément à traquer la maladie en l'absence de tout symptôme. Le fait que vous vous sentiez en pleine forme ne signifie pas que vous n'êtes pas touché. J'ai longtemps pratiqué le rugby, je fais du vélo régulièrement, cela ne m'a pas empêché d'être atteint.

Pourquoi limiter le dépistage systématique aux personnes de plus de 50 ans ?
Dr J.-M. M. - Parce que 94% des cancers colorectaux surviennent après cet âge.

Selon un sondage TNS-Sofres, 25% des 50-74 ans se faisaient dépister en 2005. En 2008, ce pourcentage est monté à 38%. Est-ce suffisant ?
Dr J.-M. M. - Non. Si la moitié seulement des 50-74 ans se faisaient dépister, le nombre de décès pourrait être abaissé de 15 à 20%. Cela représente tout de même 3.000 vies sauvées chaque année ! Il faut convaincre tous les seniors de l'intérêt du dépistage.

Pourquoi est-ce si difficile ?
Dr J.-M. M. - Parce qu'on parle de rectum, de digestion, de selles et que cela bloque de nombreuses personnes. On n'observe pas les mêmes réticences chez les femmes pour le cancer du sein, car la symbolique de l'organe est différente.

Le test Hemoccult II® est-il vraiment efficace ?
Dr J.-M. M. - Pas à 100%. Mais à l'heure actuelle, on ne fait pas mieux. Ce test pratiqué à domicile permet de repérer du sang digéré dans les selles. Il est efficace lorsqu'il est bien utilisé, sur des personnes qui n'ont pas d'antécédents familiaux ni de symptôme inquiétant. Dans ce cas, il peut alerter sur un risque de cancer, qui sera ensuite confirmé ou démenti par un examen coloscopique.

Et si la personne a des antécédents familiaux de cancer colorectal ?
Dr J.-M. M. - Là, il faut passer directement une coloscopie. Même chose si l'on aperçoit du sang dans les selles, si les diarrhées persistent au-delà de deux ou trois jours, car cela n'est pas normal. Les médecins généralistes ont un rôle de conseil important.

Ne serait-il pas plus simple de faire passer une coloscopie à toutes les personnes âgées de plus de 50 ans ?
Dr J.-M. M. - C'est irréaliste. Il faudrait traiter 16 millions de personnes. Tous les gastro-entérologues de France n'y suffiraient pas ! Sans parler du coût, bien sûr...

Propos recueillis par Cédric Portal