Budget : Français, encore un effort !

Présenté ce matin en Conseil des ministres, le projet de budget 2013 tentera de ramener le déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB), annonce Le Parisien/Aujourd'hui, qui a retrouvé "Monsieur 3%", alias Guy Abeille, l'homme qui a "inventé" ce concept en 1981, à la demande de François Mitterrand. Plus sérieusement, le budget 2013 aura un impact non négligeable sur la vie quotidienne des Français. Il prévoit 20 milliards de hausses d'impôts et 10 milliards d'économies, précise Libération (page 18). Un tel effort sera inédit en période de croissance faible et de chômage élevé.

Mais le Premier ministre a réaffirmé hier soir, sur France 2, l'engagement de la France à réduire le déficit de 4,5% cette année à 3% l'an prochain, en invoquant la crédibilité du pays auprès de ses créanciers. Jean-Marc Ayrault a souligné que les nouvelles hausses d'impôts épargneront "à revenus constants, neuf contribuables sur dix", notent Les Echos (page 3).

Le budget 2013 a été bâti sur une hypothèse de croissance de 0,8%, que le chef du gouvernement juge "réaliste" et "atteignable", malgré les doutes des économistes. "1,5 point de PIB de réduction du déficit, c'est considérable. Mais surtout, en période de croissance zéro, c'est exceptionnel, ça n'a jamais existé", souligne Elie Cohen, directeur de recherche au CNRS.

Au menu, donc, pour l'an prochain : des crédits rognés dans les ministères, des projets culturels enterrés, des programmes de défense reportés… Les moyens des hôpitaux, eux, ne vont pas reculer mais ils resteront sous forte contrainte, prévoient Les Echos (page 6). L'enveloppe qui leur est destinée en 2013 n'augmentera que de 2,6%, ce qui représente environ 2 milliards d'euros supplémentaires. C'est peu, protestent les hôpitaux et les cliniques, qui soulignent l'augmentation de leurs charges (+ 3,8% dans le secteur public). Concernant plus précisément l'assurance maladie, le Premier ministre a affirmé sur France 2 sa volonté d'opérer des "réorganisations", plutôt que des déremboursements. Il a évoqué rapidement la promotion du parcours de soins et la revalorisation du rôle du médecin généraliste.

Y aura-t-il une hausse de la TVA ou de la CSG afin de soulager les cotisations sociales des entreprises pour relancer la compétitivité ? "A la fin de l'année, je trancherai", a promis hier Jean-Marc Ayrault (Le Parisien, page 4). "J'ai plusieurs idées. Je veux les confronter. Il ne faut pas se tromper quand on prend une décision comme cela", a-t-il ajouté.

Accès aux soins : les Européens inquiets
Quelque 27% des Français et 30% des Allemands déclarent avoir reporté ou renoncé à des soins médicaux au cours de l'année écoulée, contre 21% aux Etats-Unis et 9% au Royaume-Uni, selon le baromètre Europ assistance publié ce matin. Un nombre croissant d'Européens s'inquiète également pour l'équilibre financier des systèmes de santé, entraînant des augmentations sensibles de cotisations, notent Les Echos (page 7).

51% des Français interrogés estiment que ce risque est "très important". Cet indicateur atteint des niveaux records dans les pays les plus touchés par la crise : 85% en Espagne, 67% en Italie.

On retrouve pratiquement les mêmes résultats pour un autre sujet préoccupant : la montée en puissance de l'inégalité face aux soins, remarque le quotidien économique. Les plus pessimistes se trouvent une fois de plus du côté de l'Espagne (84%), devant les Polonais et les Britanniques. Près de 57% des Français partagent ce sentiment et jugent nécessaires de renforcer les cotisations ou les impôts pour garantir un accès plus équitable aux soins.

Dans les dix pays concernés par l'enquête, le vieillissement des populations et la prise en charge des personnes dépendantes sont vécus comme des "maillons faibles". Ainsi, 40% des Français jugent que l'aide publique pour le maintien à domicile des personnes âgées n'est pas satisfaisante. Pourtant, dans tous les pays étudiés, le maintien à domicile des personnes âgées est plébiscité (74% en Europe et 81% aux Etats-Unis) par rapport aux maisons de retraite.
John Sutton