Biologie médicale : perquisitions

La Commission européenne a fait procéder hier et avant-hier à des perquisitions dans les locaux de l’Ordre des pharmaciens et dans un laboratoire d’analyses médicales à Paris. Selon La Tribune (page 17), Bruxelles soupçonne des pratiques anticoncurrentielles. Les agents de la Commission "avaient même prévu une perceuse en cas de résistance", s’offusque Jean Parrot, président de l’Ordre des pharmaciens, dans Les Echos (page 2).

Objectif des inspecteurs européens : rechercher des preuves "d’entente, de pratiques commerciales restrictives et/ou d’abus de position dominante". Pour l’heure, l’Ordre s’oppose à l’un des principaux points de la réforme médicale en cours : la possibilité pour des investisseurs non biologistes de posséder plus de 25% du capital des laboratoires. Ce que la loi interdit actuellement. Or, certains groupes privés, comme Labco, évoquent le droit communautaire à la concurrence, explique La Tribune.

L’enquête de la Commission a été déclenchée suite à la plainte de Labco, indique Le Figaro-économie (page 22). Selon son P-DG, Eric Souêtre, "l’Ordre va plus loin que la loi. Par ses prises de position contre la libéralisation du capital, il veut influencer le législateur. Il outrepasse son rôle, qui est d’exercer un pouvoir administratif délégué par l’Etat".

"Nous n’avons fait qu’appliquer le Code de santé français quant aux conditions d’installation des biologistes", rétorque Jean Parrot. Il est interdit aujourd’hui en France pour des investisseurs non biologistes de posséder plus de 25% du capital d’un laboratoire d’analyses médicales.

Grève très suivie des pilotes d’Air France
La compagnie a supprimé 40% de ses vols long-courriers et jusqu’à 50% pour les destinations françaises et européennes aujourd’hui, en raison d’une grève des pilotes. Ce mouvement a commencé ce matin et pourrait se poursuivre jusqu’à lundi minuit. Il vise à protester contre le relèvement à 65 ans de l’âge de cessation d’activité en vol à compter du 1er janvier 2010, annonce Le Parisien/Aujourd’hui (page 7). Votée par les députés le 1er novembre, dans le cadre du PLFSS 2009, cette disposition doit être examinée lundi par les sénateurs.

Son retrait n’est pas exclu, indiquent Les Echos (page 34), même si le texte se situe dans le projet du gouvernement de permettre aux salariés de prolonger leur activité au-delà de l’âge légal de la retraite. Les pilotes pourraient ainsi continuer de voler jusqu’à 65 ans, comme le prévoit d’ailleurs une directive de l’Organisation civile internationale. En revanche, ceux qui voudraient lâcher le manche à 60 ans auraient droit à un reclassement au sol ou à leur mise en retraite d’office en cas d’impossibilité de reclassement.

John Sutton