croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Assurance maladie : le dérapage des dépenses

Mauvaise nouvelle pour l'assurance maladie. Si la réduction des recettes était attendue en raison de la crise économique, les dé­penses étaient "censées être sous contrôle. Ce n'est en réalité pas le cas", relèvent Les Echos (page 4). Selon les informations du journal, les remboursements ont surpassé de 800 à 900 millions d'euros l'objectif voté par le Parlement, alors que le gouvernement tablait sur un dépassement de 350 millions d'euros.

Pour les soins de ville, les prévisions sont plutôt conformes à ce qui était prévu, en dépit de l'épidémie de grippe. En revanche, les dépenses hospitalières dérapent de plus 600 millions d'euros. "Ceci s'explique par la mise en place d'une nouvelle tarification des actes médicaux, beaucoup plus détaillée, et dont l'impact était difficile à évaluer a priori", estiment Les Echos.

Alors que la mission présidée par Raoul Briet s'apprête à dévoiler des propositions de mesures visant à respecter l'Ondam, il sera très difficile au gouvernement de ramener le rythme des dépenses à moins de 3%, estime le quotidien économique.

Plus globalement, c'est la dette publique qui s'enfonce dans le rouge. "Elle touche le seuil de 1 500 milliards d'euros", notent Les Echos, suite à la publication des chiffres du déficit public fin 2009 par l'Insee. En d'autres termes, ajoute La Tribune (page 6), le déficit public se voit "propulsé à un niveau jamais atteint à 7,5% du PIB, après 3,3% fin 2008". La seule consolation pour le nouveau ministre du Budget, François Baroin, est que ce chiffre marque "une légère amélioration par rapport à la dernière prévision (7,9%) retenue dans le collectif budgétaire adopté en décembre".

Selon Le Figaro (page 19), François Baroin et la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, expliquent que "cette hausse de l'endettement reflète essentiellement les conséquences de la crise et la mobilisation des finances publiques pour relancer la croissance".

Coup de projecteur sur le diabète
Avec 285 millions personnes atteintes de diabète dans le monde, les laboratoires ne cessent de se focaliser sur cette maladie. D'autant que les prévisions font état d'une multiplication des cas pouvant atteindre 438 millions de diabétiques en 2030. Selon Le Figaro (page 21), le marché du diabète (40 milliards de dollars actuellement) pourrait doubler d'ici à 2020.

En France, entre 150.000 à 200.000 nouveaux diabétiques sont recensés chaque année. La facture liée au diabète augmente également pour la Sécurité sociale : évaluée à 12,5 milliards d'euros en 2007, elle s'accroît d'un milliard chaque année.

"La gamme des soins, elle aussi, s'élargit sans cesse", note le quotidien. Si l'on connaît depuis longtemps l'insuline, une nouvelle génération de ce produit est en cours de développement. Mais ce n'est pas la seule des nouveautés. Certains traitements appelés "analogues du GLP-1" viennent en effet de faire leur apparition avec des signes prometteurs.
Frédéric Lavignette