Assurance maladie : 21 mesures pour réaliser 2,2 milliards d’euros d’économies

Dans un rapport qu'elle examinera jeudi, l'assurance maladie préconise la réalisation de 2,2 milliards d'euros d'économies l'an prochain.

Pour répondre à la demande de Nicolas Sarkozy qui souhaite contenir la progression des remboursements à 2,9% en 2011, la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) suggère donc la mise en place de 21 mesures.

Selon Les Echos (page 4), deux de ces propositions risquent particulièrement de créer la "polémique".
La première est relative aux personnes bénéficiant du régime des affections longue durée (ALD). Une partie de ces patients pris en charge à 100% par le régime obligatoire pourrait ainsi sortir de ce dispositif. C'est le cas de "certains patients hypertendus" à condition que "leur hypertension ne s'accompagne pas d'un autre facteur de risque". Les Echos y voient "un pas dans le sens d'une réforme des ALD qui représentent l'essentiel des dépenses de santé".

L'assurance maladie suggère également que "les dépenses de ville puissent progresser plus vite que les dépenses hospitalières", alors que le ministère de la Santé défend une croissance identique pour les deux secteurs. Objectif de cette mesure : réduire la part relative de l'hôpital dans les dépenses. Plusieurs pistes sont également mises en avant pour "éviter le recours à l'hôpital lorsque c'est possible". Les chimiothérapies à domicile ou les dialyses péritonéales sont par exemple encouragées.

Outre une réduction des disparités de prescriptions de médicaments ou d'arrêts de travail, la Cnam réclame également de ré­duire les tarifs des analyses biologiques "souvent 4 ou 5 fois plus élevés en France qu'en Belgique ou en Allemagne". Dans le même esprit, elle suggère des baisses de prix de certains médicaments ou des bandelettes d'autotests délivrées aux patients diabétiques.

Enfin, pour certains traitements, l'assurance maladie encourage la prescription d'arrêts de travail "à temps partiel" et non plus "complets".

Les jeunes français trop sédentaires
Selon une enquête publiée aujourd'hui par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'Institut de veille sanitaire sur des enfants d'une dizaine d'années du Nord de la France, seuls 10% des élèves du primaire pratiquent au moins 60 minutes d'exercice par jour. En d'autres termes, souligne Le Figaro (page 14), la majorité des "petits Français ne font pas assez d'exercice" et restent "désespérément sédentaires".

En 2008, note le quotidien, une enquête internationale avait déjà classé les élèves Français parmi les jeunes occidentaux pratiquant le moins d'activité physique. Avec cette dernière enquête, la ten­dance se confirme : 21% des enfants étudiés sont en surpoids et 4% souffrent d'obésité.
Frédéric Lavignette