Assurance maladie : -11,5 milliards d’euros de déficit en 2009

Les comptes de l’assurance maladie devraient se solder par un déficit de -11,5 milliards d’euros en 2009, estime la Commission des comptes de la Sécurité sociale. La Sécu plongerait de plus de 23 milliards d'euros. Le gouvernement doit annoncer ce 1er octobre de nouvelles mesures d’économie lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2010. Les assurés sociaux devraient une nouvelle fois être mis à contribution.

La crise rattrape la Sécurité sociale. En 2009, le déficit de l’assurance maladie devrait s’élever à -11,5 milliards d’euros, selon les estimations de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, rendues publiques le 1er octobre. La branche maladie connaît ainsi la plus forte dégradation cette année, devant la branche vieillesse qui plonge à -8,1 milliards d'euros.

Toutes branches confondues – assurance maladie, retraite, accidents du travail et allocations familiales – le déficit global de la Sécurité sociale devrait s'élever à -22,7 milliards d'euros en 2009, ou 23,5 milliards si l'on tient compte des mesures prises contre l'épidémie de grippe A. Un record historique qui – si rien n'est fait – pourrait à nouveau être pulvérisé l'année prochaine, avec un trou estimé à -33,6 milliards d'euros en 2010.

La Commission explique cette situation sans précédent par une baisse des recettes de l'assurance maladie, due à la crise économique que traverse le pays. Ces recettes reposent essentiellement sur les cotisations sociales prélevées sur les salaires : elles sont donc directement touchées par la hausse du chômage.

Les premières pistes d'économies annoncées par le gouvernement présagent de nouvelles charges pour les ménages : hausse du forfait hospitalier, baisse de remboursement de certains médicaments. Toutes ces mesures seront détaillées dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010, qui doit être présenté le 1er octobre en fin de journée.

Le président de la Mutualité Française, Jean-Pierre Davant, juge la hausse du forfait hospitalier "absurde", dans un entretien accordé le 29 septembre au quotidien Lyonnais le Progrès. Cette hausse "pèse sur les ménages, sans rien changer au système", déplore-t-il. "Nous sommes au bout d'un système en pleine dérive qui produit une dette que devront payer nos enfants et petits-enfants."

Interrogé dans le journal de 13 heure de LCI, le directeur général de la Mutualité Française a indiqué que les mesures envisagées par le gouvernement pourraient se traduire par une augmentation de 4 à 6% des cotisations, selon les mutuelles : "Nous regrettons cette hausse mais nous y sommes contraints par les transferts de charges" sur les mutuelles et leurs adhérents, a expliqué Jean-Martin Cohen Solal.

Philippe Rémond