Ados et alcool

Alors que la ministre de la Santé ne se déclare pas opposée à la publicité pour l’alcool sur Internet, un atlas régional détaille pour la première fois la consommation des jeunes de 17 ans, rapporte L’Express (pages 100 et 101). Il confirme la baisse générale de la consommation des boissons alcoolisées en France, mais aussi la tendance aux beuveries occasionnelles. Il tord aussi le cou au passage à des préjugés tenaces désignant certaines régions. Cette étude a été réalisée par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) et l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Quelles sont les régions où les jeunes boivent le plus régulièrement ? Si vous avez répondu la Bretagne, vous avez perdu ! La réponse était les Pays-de-Loire, l’Aquitaine et la Bourgogne, trois régions viticoles. Quelles sont celles où les jeunes boivent le moins ? L’Ile-de-France et le Nord-Pas-de-Calais.

Les Ch’tis se classent systématiquement au-dessous de la moyenne française, qu’il s’agisse du "verre de temps en temps" ou des "soirées bien arrosées", souligne L’Express. "Ils voient bien les dégâts causés chez leurs aînés : les hospitalisations, les décès par cirrhose et les accidents de la route, explique François Beck, responsable du département évaluation de l’Inpes. Leur génération se montre plus méfiante à l’égard de la boisson."

La Bretagne reste néanmoins en tête pour la consommation ponctuelle importante (5 verres en une fois) et l’ivresse. "La culture locale favorise les personnes qui savent tenir l’alcool et faire la fête", observe François Beck. Les actions de sensibilisation se sont multipliées ces dernières années, mais leurs effets ne peuvent encore se mesurer dans l’atlas, dont les données ont été recueillies en 2005. Malgré une consommation en baisse depuis plusieurs décennies, l’alcool reste la substance psychoactive la plus consommée en France, rappelle le quotidien La Croix (page 10). Seuls 8,4 % des Français sont abstinents. La consommation quotidienne touche 39 % des plus de 65 ans, contre 1 % des moins de 20 ans. Les ivresses occasionnelles sont en revanche l’apanage des plus jeunes.

Examen du plfss 2009
L’Assemblée nationale a adopté hier l’article qui augmente de 2,5 à 5,9 % la taxe prélevée sur l’activité des complémentaires santé, annoncent Les Echos (page 4). Dans le cadre du projet de loi de financement de la "Sécu", les députés ont également voté un amendement augmentant de 23 % la taxe sur les alcools forts (+ de 25 degrés), dont le produit (80 millions d’euros) sera versé à l’assurance maladie. En revanche, ils ont renoncé à taxer plus fortement les cigares et le tabac à rouler.

L’amendement taxant les entreprises dès le premier euro pour les indemnités de départ des dirigeants supérieures à 1 million d’euros, a été adopté, indique Le Figaro-économie (page 23). Celui visant à alourdir les cotisations sociales sur les stock-options et les "retraites chapeaux" a été rejeté. L’Assemblée a rétabli la prime transport, inscrite par le gouvernement dans le PLFSS mais supprimée la semaine dernière en commission. Elle est étendue aux abonnements vélo. Enfin, le gouvernement semble renoncer à son projet de réduire le remboursement des cures thermales de 65 à 35 %, note L’Humanité (page 6).

John Sutton