Administration, caisses d’assurance maladie, CNSA : vers un Conseil stratégique de la santé

Les 73 mesures qui composent la troisième vague de la révision générale des politiques publiques (RGPP) sont présentées aujourd’hui par Nicolas Sarkozy. Cette ultime phase du processus entamé en décembre dernier élèvera donc à 336 le nombre de décisions destinées à réformer l’Etat, indique La Tribune page 3.

L’objectif de la démarche, explique encore ce quotidien, est notamment de supprimer près de 150.000 postes de fonctionnaires d’ici à 2012. En ne remplaçant pas un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, "un potentiel d’économies de 150 milliards d’euros" est envisagé, indique un proche de l’Elysée.

D’autres interventions permettront de dégager un potentiel de 8 milliards d’économies. Ces mesures visent le fonctionnement des administrations centrales ou l’organisation de l’Etat au niveau local et régional. Elles auront "comme fil conducteur, la simplification et l’allégement des structures et des pratiques de l’administration", et permettront une économie potentielle de 8 milliards d’euros, poursuit La Tribune.

Dans l’inventaire "à la Prévert" de ces interventions, plusieurs ministères sont concernés, remarque Le Figaro (page 22). En ce qui concerne celui de la Santé, une nouveauté est à prévoir avec la création d’un "Conseil stratégique de la santé". Sous l’aile du ministre, cette structure regroupera l’administration, les caisses d’assurance maladie et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). "Il s’agit en fait de créer une instance nationale chargée de coordonner les futures agences régionales de la santé", explique le quotidien.

Par ailleurs, "dans le même souci de cohérence", la direction de la Sécurité sociale devrait renforcer sa tutelle au sein de la Mutualité sociale agricole, des régimes spéciaux, du Fonds de solidarité vieillesse et enfin du Ffipsa (retraites agricoles). Ces mesures visent moins à engendrer des économies qu’à moderniser le fonctionnement des administrations.

Comme l’observent Les Echos (page 4), "il n’est plus question, dans cette troisième vague, de décisions touchant à l’assurance maladie, aux politiques de solidarité ou à la famille". L’expérience suscitée par "l’annonce de la suppression de la carte famille nombreuse semble avoir servi de leçon", observe le quotidien.

Handicap : les annonces déçoivent
Les annonces faites par Nicolas Sarkozy, lors de la Conférence nationale sur le handicap, n’ont visiblement pas satisfait les associations, annonce Le Parisien/Aujourd’hui (page 12). Même si le discours est "globalement (...) positif, notamment en ce qui concerne l’intégration des personnes handicapées dans le monde du travail", il n’y a eu "aucune annonce concernant un revenu d’existence équivalent au Smic pour ceux qui ne peuvent pas travailler", regrette ainsi Arnaud de Broca, le président de la Fnath (Association des accidentés de la vie).

Parmi les mesures envisagées par le chef de l’Etat figurent la création de 50.000 nouvelles places en établissements spécialisés et le lancement d’un pacte pour l’emploi des personnes handicapées. Nicolas Sarkozy "n’a, en revanche, pas dit un mot de la revendication d’un revenu minimum d’existence, que réclame le collectif d’associations Ni pauvres ni soumis", observe Le Monde (page 9).

Selon le gouvernement, un effort "sans précédent" a toutefois été consenti sur l’allocation adulte handicapé (AAH), rapportent Les Echos (page 2). D’ici à 2012, en effet, le montant actuel de 628,10 euros de l’AAH sera revalorisé de 25% pour que cette garantie de ressources devienne "un tremplin vers l’emploi" (La Tribune, page 26).

Frédéric Lavignette